Page

La journée de violence vécue mardi à Kolda en exergue

Dakar, 15 mars (APS) - Les actes de violence enregistrés mardi à Kolda, une commune du sud du Sénégal, font la une des quotidiens parvenus mercredi à l’APS.


La journée de violence vécue mardi à Kolda en exergue

"Des conducteurs de motos se révoltent contre la police à Kolda", rapporte WalfQuotidien, selon lequel le commissariat urbain et le logement du commissaire de Police ont été mis à sac lors de ces violences.

"Les populations de Kolda sont descendues (…) dans la rue pour fustiger ce qu’elles appellent +un abus de pouvoir des policiers et des ASP+. Un jeune conducteur de moto +Jakarta+ et sa cliente se sont retrouvés à l’hôpital avec des fractures, la veille, après une opération de contrôle routière qui a mal tourné. Une longue journée de heurts", écrit Enquête.

L’Observateur, dans un jeu de mots qui renseigne sur l’ampleur des "violentes émeutes" enregistrées dans la capitale du Fouladou, affiche : "Kolda, une journée sang pour sang violente".

"Les jeunes conducteurs de motos +Jakarta+ ont mis la ville sens dessus dessous. Ils ont érigé des barrières, brûlé des pneus à tous les points stratégiques de la ville, bloqué la circulation, attaqué le domicile du commissaire et le commissariat de Police. Ils ont aussi saccagé le siège du Trésor public", détaille ce journal.

"À l’origine de leur colère, explique L’Observateur, le traitement réservé à l’un des leurs par des policiers en faction, qui ont fracturé la jambe du conducteur de moto +Jakarta+ et celle de sa cliente".

Devant l’ampleur des violences, l’armée "est intervenue pour prêter main forte aux policiers, dépassés par la tournure des émeutes", les soldats ne parvenant à restaurer l’ordre que "cinq tours d’horloge" plus tard, soit "vers 13 h", renseigne le même journal.

"L’armée sauve la police", écrit Sud Quotidien sur sa manchette. "Kolda vandalisée, l’armée intervient", résume La Tribune en première page.

Le journal Le Quotidien, en ce qui le concerne, signale la part de "la médiation des notables pour ramener le calme dans cette ville qui baigne souvent dans la quiétude".

Le Témoin Quotidien fait remarquer pour sa part que "Kolda s’embrase" après Kédougou, une commune du sud-est du Sénégal où des violences similaires ont éclaté il y a quelques semaines, suite à la mort d’un jeune orpailleur accidentellement atteint d’une balle, laquelle proviendrait d’un agent des douanes.

Pour le reste, les quotidiens reviennent à l’affaire Khalifa Sall, du nom du maire de Dakar, inculpé avec certains de ses collaborateurs, dans le cadre d’une enquête portant sur la gestion de fonds publics mis à la disposition de ses services.

Khalifa Sall et cinq de ses complices présumés ont été placés mardi dernier sous mandat de dépôt pour association de malfaiteurs, détournement de deniers publics, escroquerie portant sur des deniers publics et blanchiment de capitaux.

"Le juge accélère la cadence" dans cette affaire, indique le quotidien Enquête, avant d’annoncer que le maire de Dakar et ses co-inculpés seront auditionnés jeudi et vendredi.

Une information également relayée par Le Quotidien, selon lequel Khalifa Sall fera face au juge vendredi, pour être "auditionné sur la caisse d’avance", les fonds dont la gestion sont en cause.

"Khalifa attendu au fond", lit-on à la une de L’Observateur, qui rebondit à son tour sur l’annonce de l’audition du maire de Dakar, en faisant notamment observer que le doyen des juges d’instruction "ne perd pas de temps" dans cette affaire.

L’intéressé, en attendant son audition, "crache sur une liberté quémandée", selon La Tribune.

Khalifa Sall a été "lourdement" chargé par le président de la République, lors de la conférence des leaders de "Benno Bokk Yaakaar" (BBY), la coalition regroupant le parti au pouvoir et ses alliés, fait savoir le quotidien L’As.

"Si l’argent annoncé dans le cadre du projet +Lait à l’école+ a été utilisé, tous les enfants de la ville de Dakar auraient eu des diarrhées", ironise le chef de l’Etat, dont les propos sont rapportés par ce journal.

A la une de Vox Populi, le psychologue Serigne Mor Mbaye s’autorise une lecture globale, autrement plus inquiétante de cette affaire, en lien avec bien d’autres.

"Nous sommes dans un pays d’escrocs. La morale la plus opérante dans ce pays, c’est voler", dit le psychologue dans un entretien publié par ce journal.

Le Soleil traite un autre sujet, en annonçant que l’autoroute Thiès-Touba, appelée "Ila Touba", sera livrée "avant décembre 2018".

Il se fait l’écho des assurances de Lu Shan, le président du groupe chinois CRBE, chargé de la réalisation de ce projet.
BK/ESF/MKB
APS
Par Le Mercredi 15 Mars 2017 à 15:10 | Lu 25 fois


ENVIRONNEMENT | LA PRESSE DU JOUR | Journal de la Présidentielle. Par Binta Diallo (RFM-Archipo) | PORTRAIT | RECHERCHE | THIES - Actu Région