Page

La sortie de Mankeur Ndiaye sur la Gambie et Israël à la Une

Dakar, 30 déc (APS) – Les quotidiens reçus vendredi à l’APS se font largement écho des déclarations du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur sur la situation en Gambie et les mesures prises par Israël contre le Sénégal après le vote par le Conseil de sécurité de l’ONU de la résolution 2334 contre les colonies israéliennes.


La sortie de Mankeur Ndiaye sur la Gambie et Israël à la Une

‘’Dakar accentue la pression’’, titre Enquête au sujet du refus de Yahya Jammeh, le président sortant de la Gambie, de céder le pouvoir.

Le journal signale que le chef de la diplomatie sénégalaise ‘’s’est montré ferme’’ sur la crise gambienne, jeudi, lors d’une séance à l’Assemblée nationale consacrée à l’examen de projets de loi.

Interpellé sur la situation en Gambie, Mankeur Ndiaye a déclaré : ‘’Nous sommes très clairs là-dessus. A compter du 18 janvier à minuit, Yahya Jammeh ne sera plus président de la Gambie. Nous ne sommes pas bellicistes, mais la communauté internationale est décidée’’.

Sud Quotidien relève lui aussi que ‘’Mankeur Ndiaye durcit le ton’’ en déclarant qu’à compter du 18 janvier, ‘’Jammeh ne sera plus président’’ de la Gambie.

Le ministre des Affaires étrangères a également répondu au Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, qui a pris des mesures contre le Sénégal après le vote de la résolution 2334.

‘’Cette position, nous l’assumons quelles que soient les sanctions’’, a dit Mankeur Ndiaye.

Dans Enquête, il déclare : ‘’Nous avons fait ce que nous devons faire. Nous sommes un Etat souverain. Nous ne ferons pas de polémique sur cette question. Nous espérons que la normalité reviendra après la tempête’’.

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a ordonné samedi "une série de mesures diplomatiques" contre la Nouvelle-Zélande et le Sénégal qui ont obtenu qu’un vote soit organisé vendredi à l’ONU sur une résolution contre les colonies israéliennes.

Cette résolution, initialement proposée par l’Egypte et qui devait être votée jeudi, avait finalement été présentée au vote vendredi à l’initiative de la Nouvelle-Zélande, du Sénégal, de la Malaisie et du Venezuela, après une volte-face du Caire.

Le gouvernement israélien a rappelé son ambassadeur au Sénégal pour consultation. Dans la même foulée,Tel Aviv a suspendu des programmes de coopération avec le Sénégal, annulé la visite du ministre des Affaires étrangères prévue tenir le 16 janvier, annulé ou reporté la présentation de lettre de créance de l’ambassadeur du Sénégal au Caire qui est accrédité à Tel Aviv.

Selon Mankeur Ndiaye, "ces programmes ne sont pas aussi denses que cela et ne peuvent pas affecter le développement des localités où ils se déroulent".

"Même s’il a rappelé son ambassadeur, le gouvernement israélien a nommé un chargé d’affaires, donc il ne s’agit pas de rupture de relation diplomatique. Le rappel d’un ambassadeur est une forme de protestation diplomatique", a-t-il expliqué.

Pour L’Observateur, ‘’Dakar réplique à la suspension des relations de travail par Tel Aviv’’ et affiche à sa Une : ‘’Sénégal, Israël, clash total’’.

De son côté, le Quotidien titre ‘’Mankeur Ndiaye sans diplomatie’’ sur l’école turque Yavuz Selim, la Gambie et Israël.

Le journal prête au ministre les propos suivants : ‘’Le mouvement de Gülen est une organisation terroriste en Turquie ; il y a des négociations pour une amnistie en faveur de Jammeh ; le programme de coopération avec Israël n’est pas dense’’.

Le journal Le Témoin évoque ‘’les raisons de la pénurie’’ de viande de porc au Sénégal.

‘’Pour la communauté chrétienne, les fêtes de Noël et de fin d’année sont l’occasion de faire honneur aux viandes de choix, particulièrement de porc. Dans un pays composé à 95% de musulmans comme le Sénégal, les tabous et autres considérations religieuses freinent le développement de la filière porcine. D’où les pénuries souvent constatées’’, écrit le journal.

‘’C’est le cas en cette fin d’année où la demande dépasse largement l’offre des éleveurs’’, note Le Témoin, dont les investigations ‘’montrent que cette pénurie de viande porcine est provoquée par les commerçants et importateurs gambiens et bissau-guinéens, surtout, venus s’approvisionner au Sénégal au prix fort’’.

Walfadjri fait la rétrospective de l’année 2016 et revient sur ‘’ces décisions qui confirment une +justice aux ordres+’’. Le journal évoque ‘’les libérations inattendues’’ de Karim Wade, Thione Seck, Cheikh Alassane Sène, entre autres.
OID/ASG
APS
Par Le Vendredi 30 Décembre 2016 à 08:20 | Lu 96 fois


ENVIRONNEMENT | LA PRESSE DU JOUR | Journal de la Présidentielle. Par Binta Diallo (RFM-Archipo) | PORTRAIT | RECHERCHE | THIES - Actu Région