Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le pape dénonce la corruption en Afrique

Le pape Benoît XVI a dénoncé aujourd'hui la "corruption" estimant qu'elle pouvait engendrer des "revanches parfois violentes" et appelé les dirigeants africains à ne pas priver leurs peuples de "l'espérance", au cours de son deuxième voyage en Afrique. "En ce moment, il y a trop de scandales et d'injustices, trop de corruption et d'avidité, trop de mépris et de mensonges, trop de violences qui conduisent à la misère et à la mort", a déclaré le pape dans un discours à Cotonou, estimant que ces maux affligeaient l'Afrique mais aussi le reste du monde.


Le pape Benoît XVI lors de son arrivée à Cotonou le 18 novembre 2011. REUTERS/Osservatore Romano
Le pape Benoît XVI lors de son arrivée à Cotonou le 18 novembre 2011. REUTERS/Osservatore Romano
"Chaque peuple veut comprendre les choix politiques et économiques qui sont faits en son nom. Il saisit la manipulation, et sa revanche est parfois violente", a mis en garde Benoît XVI qui s'adressait à des responsables politiques, des diplomates et des représentants d'autres religions. "De cette tribune, je lance un appel à tous les responsables politiques et économiques des pays africains et du reste du monde. Ne privez pas vos peuples de l’espérance ! Ne les amputez pas de leur avenir en mutilant leur présent !", a-t-il lancé.

Le printemps arabe évoqué

Le souverain pontife a également fait référence aux printemps arabes et à la récente indépendance de la partie sud du Soudan, devenue le Soudan du Sud. "Ces derniers mois, de nombreux peuples ont manifesté leur désir de liberté, leur besoin de sécurité matérielle, et leur volonté de vivre harmonieusement dans la différence des ethnies et des religions. Un nouvel État est même né sur votre continent", a-t-il dit.

Le pape est arrivé hier après-midi au Bénin pour un voyage de trois jours, son deuxième en Afrique en six ans et demi de pontificat, après le Cameroun et l'Angola en 2009. Il doit se rendre dans la journée à Ouidah (40 km de Cotonou), coeur du vaudou et également ville importante du catholicisme béninois, pour y signer le document issu du synode africain de 2009 prévoyant les grandes lignes de l'action de l'Eglise catholique sur le continent.
LeFigaro.fr
Par Le Samedi 19 Novembre 2011 à 12:01 | Lu 340 fois


RELIGION