Page

Les "7 sages" filtrent la troupe

La première étape de la vérification des listes de parrainage, au niveau du Conseil constitutionnel, n’a pas été de tout repos pour les candidats à la candidature pour la présidentielle de février prochain. Démarrées vendredi dernier, ces opérations de décompte et d’authentification des parrains correspondant à au moins 0,8% de l’électorat n’ont validé que peu de candidats (07 ou 08) sur les 27 personnalités qui avaient déposé leur dossier de candidature au niveau du greffe du Conseil constitutionnel.



Débutée depuis vendredi dernier, l’acte 1 de la procédure de vérification des signatures de parrainage a pris fin hier, dimanche 30 décembre. Et cette première étape de la validation de la liste des parrains pour les candidats à la candidature au scrutin présidentiel est apparue comme un véritable chemin de croix. Et pour cause, sur les sur les 27 personnalités politiques ou autres qui avaient déposé leur dossier de candidature au niveau du greffe du Conseil constitutionnel, seules quelques unes ont franchi cette première étape de la vérification des parrains.

La grande majorité devant repasser au niveau du siège des « 07 Sages » pour compléter leur lot de parrains invalidés, pour diverses raisons liées aux doublons et non-inscription des parrains sur les listes électorales. Si le bal des admis au « premier tour » de l’examen des parrainages avait été ouvert par le candidat de Bennoo Bokk Yaakaar, en l’occurrence Macky Sall, suivi en cela par des candidats à la candidature comme Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Me Madické Niang, Khalifa Sall, Karim Wade, Issa Sall, et éventuellement Malick Gakou ( selon sa cellule de communication), le gros de la troupe a été recalé par les « 7 Sages ».

Aux dernières nouvelles, il s’agirait de Boubacar Kamara, Cheikh Hadjibou Soumaré, Moustapha Guirassy, Serigne Mansour Sy Djamil, Bougane Gueye, Aïda Mbodj, Amsatou Sow Sidibé, Pierre Goudiaby Atépa… La liste qui est loin d’être exhaustive recense également des ténors de la scène politique comme Me Aissata Tall Sall, Mansour Sy Djamil et Pape Diop de Bokk Gis Gis. A noter que certains mandataires de candidats à la candidature ont préféré garder un flou artistique autour de la validation ou rejet de leurs parrainages. En tout cas, ces candidats recalés ont moins de quarante-huit heures pour puiser dans leur réserve de parrains et combler le vide « constaté par le Conseil constitutionnel après son opération d’élagage.

A défaut de réserve élastique, beaucoup de candidats à la candidature ne passeront pas l’épreuve du parrainage dont les résultats définitifs sont attendus mercredi 02 janvier, à 10H.

Sudonline.sn
Par Le Lundi 31 Décembre 2018 à 13:36 | Lu 69 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES