Page

Les acteurs plaident la réduction de la prévalence de la cécité à 1%

La prévalence de la cécité est de 1,42% au Sénégal. Un chiffre très élevé que le programme de la santé oculaire cherche à revoir à la baisse pour l’amener à 1%. En point de presse hier, vendredi 5 octobre, en prélude à la journée qui sera célébrée le 11 prochain, le coordonnateur Dr Moctar Dieng Badiane avance que dans le monde, 4 aveugles sur cinq sont handicapés inutilement. Une manière pour lui de dire que beaucoup de cas peuvent être évités.



La présente édition de la Journée mondiale de la cécité aura lieu le 11 octobre à Rufisque pour le Sénégal sur le thème «Soins oculaires partout». Une occasion pour les acteurs de la santé de porter la sensibilisation pour plus de ressources afin de prendre en charge les personnes souffrant d’une pathologie de la vue. De l’avis du docteur Moctar Dieng Badiane, pour le Sénégal, le taux de prévalence de la cécité est de 1,42% avec 165 mille aveugles et 550 mille malvoyants. Il a en outre renseigné que la cataracte reste la première cause de cécité après le glaucome, car 24 mille nouveaux cas sont enregistrés chaque année pour un effectif de 30 mille voire 50 mille aveugles dont la cause reste la cataracte. « Cette maladie peut être soignée. Chaque année, il y a 13 mille voire 14 mille interventions chirurgicales qui se font pour prendre en charge ces personnes victimes de cataractes. Nous avons décentralisé les soins au niveau des districts et il y a une parfaite maitrise technique de l’opération » a-t-il fait savoir.

Pour le Sénégal, le manque de ressources fait défaut dans la prise en charge des malades. La pauvreté étant un indicateur de faiblesse, beaucoup de personnes souffrant de cette maladie ne se font pas consulter par un spécialiste de la maladie. « Nous sommes dans un pays pauvre, le Sénégal devra aller vers la promotion de la gratuité des soins, le service de soins complet » a-t-il préconisé. Pour ce qui est du trachome qui est la 2ème cause de cécité au Sénégal, 25 mille aveugles sont dénommés et plus de 91 mille porteurs de trichiasis. « Les régions les plus touchées sont Thiès, Diourbel et Louga. Et une sensibilisation devra être faite pour prendre en charge cette pathologie qui, si elle n’est pas traitée, conduit vers la cécité », a déclaré docteur Badiane.

Aujourd’hui, même si le Sénégal atteint la norme de l’Organisation mondiale de la santé concernant le ratio pour une parfaite prise en charge des malades, des disparités font qu’une partie des Sénégalais n’a pas accès à un ophtalmologue. « Au Sénégal, nous sommes 63 ophtalmologues dont 1 pour 242 164 hbts contre la norme de l’Oms qui est de 1 pour 250 mille. Cependant, il faut relever que parmi les 63 spécialistes, 29 sont dans le privé et 52 à Dakar », soutient docteur Badiane. Et de renchérir : « seulement, nous nous appuyons sur les 28 opérateurs de cataractes pour corriger certaines disparités ». Pour cette Journée de mondiale de la vue, la sensibilisation va porter sur la promotion des soins oculaire dans la localité de Rufisque.
SUDONLINE.SN
Par Le Samedi 6 Octobre 2018 à 17:46 | Lu 27 fois


ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE