Page

Macky choisit l'A330-900 Neo, pour Air Sénégal

Pour la ligne Dakar-Paris de la nouvelle compagnie aérienne nationale Air Sénégal, Macky Sall a choisit l’A330-900 Neo. Le président de la République a visité le 1er Airbus A330-900 Neo d’Air Sénégal destiné à cette fin. L’A330-900 est attendu au Sénégal avant fin janvier prochain.



En effet, le chef de l’Etat est arrivé hier dimanche après-midi 29 octobre à Toulouse (France) pour une visite de travail à Airbus, selon un communiqué de la Présidence de la République. «Le président Macky Sall doit se rendre aux Industries Airbus où il est prévu une série de visites d’appareils de dernière génération pour renforcer la flotte d’air Sénégal». Selon la source le président Macky Sall aura également un entretien avec le Pdg d’Airbus.

Créée depuis avril 2016, la nouvelle compagnie Air Sénégal a obtenu son permis d’exploitation aérienne (Pea) le 30 avril dernier et a effectué son premier vol commercial, un aller-retour Dakar-Ziguinchor, le 14 mai. La nouvelle compagnie qui se veut «le leader du transport aérien ouest-africain en s’appuyant sur le hub régional AIBD (Aéroport International Blaise Diagne)» se fixe pour mission de «desservir aussi bien des lignes intérieures que des lignes internationales».

Ainsi, la compagnie aérienne compte se déployer sur les destinations Abidjan, Cotonou, Bissau, Banjul, Praia, Conakry, Bamako et Ouagadougou. Air Sénégal a également annoncé l’ouverture de sa ligne Paris-Dakar, à partir de février 2019.


Commentaires (1 )


Meissa 30/10/2018 | 11H51 GMT

Analyses : Air Sénégal SA : mort programmée ou monopole renforcé d’ Air France sur Dakar-Roissy avec maintien de Corsair sur Dakar-Orly ?

Air Sénégal Sa, partenaire d ‘Air France, devrait présenter, face à ce mastodonte économique et grand spécialiste du transport aérien international, un visage professionnel beaucoup plus expérimenté, très compétent, rigoureux et pragmatique, si nos autorités politiques dirigeantes tiennent absolument à lui éviter une disparition programmée, acceptée par ignorance ou par incompétence.



Il ne faudrait pas chercher midi à 14 mais occuper tout simplement tous les créneaux horaires libérés par Corsair sur Orly ; à moins d’avoir au moins trois vols de nuit sur Paris CDG Terminal 2E avec mise en place, à Paris et Représentations européennes, des Personnels propres à Air Sénégal SA.

Pour grignoter des parts de marché, les tarifs d’ Air Sénégal devraient être inférieurs à la moyenne arithmétique de ceux pratiqués par Air France et Corsair d’une part, et d’autre part supérieurs à la moyenne de ceux offerts par Royal Air Maroc via Casa , et Brussels Airlines via Brussels.

Les Accords commerciaux avec Air France, s’ils ne sont pas bien négociés, amèneront Air Sénégal non seulement à bâtir un programme économique DKR-PAR-DKR sur des créneaux horaires de jour, à perte, mais aussi à offrir à la clientèle des tarifs exorbitants alignés sur ceux d’ Air France qui gagne beaucoup trop d’argent en Afrique pour combler ses pertes sur l’Extrême-Orient et le Pacifique où la concurrence, avec les grandes compagnies internationales, est sans pitié.

La Direction générale française de la compagnie nationale Air Sénégal met en oeuvre une stratégie de concurrence très efficace, voilée sous forme de partenariat, qui devrait tuer rapidement et enterrer notre cher pavillon national.

Si l’information est avérée que, pour sa ligne Dakar Paris Dakar, le DG de la Compagnie a mis Air Sénégal Sa sous tutelle d’ Air France, ce serait vraiment désastreux pour le Sénégal et pour tous les Africains, considérant l’importance qu’il est accordée au volet transport aérien du Plan Sénégal Émergent et la pléthore de jeunes talents et experts économiques sénégalais capables de gérer une entreprise de cette envergure, à l’image de Asky, Rwandair, Kenya Airways, Ethiopian ou South African. Il n’y a de rien de mal à ce qu’un Étranger dirige la Compagnie (Air France est dirigé par un Canadien), mais…

L’autorité de nos institutions nationales devant toujours respectée et renforcée, il est inadmissible que le DG de notre compagnie aérienne passe outre les prérogatives et les directives de notre Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM), pour faire immatriculer, à Malte, un des avions que notre pays a achetés. Et encore qu’il n’est pas certain que AIRBUS livre à bonne date l’un des A330NEO pour un début d’exploitation le 1er février 2019. La machine de Airbus est certes très huilée mais il y a toujours des aléas qui aboutissent à des modifications de contrat et des dédommagements…

Exploiter donc les Droits de trafic du Sénégal vers la France avec les avions d’ Air France, avec les personnels d’ Air France, avec la logistique d’ Air France et avec les services commerciaux d’ Air France … est-ce là la vocation d’Air Sénégal ? Je ne crois pas!
Ce qui a été proposé comme accord commercial, pour notre compagnie aérienne nationale, n’est pas un Code share. C’est une phagocytose pure et simple de notre pavillon national. Comparez la définition du code share et les propositions commerciales faites, telles que rapportées, en exclusivité, par certains journaux occidentaux !

Les responsables politiques sénégalais devraient absolument changer de paradigmes ou s’attendre à une disparition très rapide d’ Air Sénégal.

Il faut oser voler avec nos propres ailes pour ne pas arriver à la création d’une quatrième compagnie aérienne, en si peu de temps…
Le Sénégal a les moyens; il a la capacité et la volonté n’est pas ce qui lui manque.

Meissa Ndiack Seck
Consultant Formateur certifié Amadeus
Expert commercial en Transport aérien

Sudonline.sn
Par Le Mercredi 31 Octobre 2018 à 17:24 | Lu 81 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES