Page

Macky et Idy dans le mondialisasionisme : le Sénégal vers le précipice

ThiesVision.com - Avant son élection, Macky Sall était soupçonné et même accusé d’être le candidat de la France qui ne pouvait tolérer l’opposition de Wade à sa mainmise sur le pays. Les faits prouvent que Macky n’a pas déçu les attentes de l’ex-puissance coloniale, mais celles des 65% de ses compatriotes qui lui avaient fait confiance. C’est pourquoi Me Wade, malgré son règne très controversé car il n’a pas fait que du bien, resurgit dans le cœur de certains Sénégalais qui regrettent son départ et auraient voulu que son fils biologique lui succède. Eh oui, le pays va de mal en pis.


Le mot « mondialisasionisme » serait du regretté Sidy Lamine Niass. Il est assez explicite. Signalons toutefois que ça n’a rien à voir avec le judaïsme, même si beaucoup de sionistes se disent juifs et brandissent le spectre de l’antisémitisme à la moindre critique, dénonciation ou contestation. Depuis des siècles, quelques individus, membres de sociétés occultes comme la franc-maçonnerie, ont décidé de mettre toute l’humanité sous leurs ordres. A pas de loup, de génération en génération, ils sont devenus les maîtres de ce monde. Mais cela ne leur suffit pas. Ils veulent contrôler et piloter chaque individu dans ses moindres gestes et pensées. Ils veulent nous imposer ce qu’ils appellent « Nouvel Ordre Mondial » et ils ne le cachent plus. Pour cela il leur faut détruire les Etats-Nations militairement ou économiquement. C’est ce qui se passe actuellement. Ils veulent instaurer un gouvernement mondial. Une Monnaie électronique unique. Eradiquer toute religion se référant à Dieu. Faire éclater la famille et éduquer les enfants selon les principes du Nouvel Ordre Mondial… La France, devenue république maçonnique, suit ce programme.
Macky Sall.
Depuis avril 2012, si vous voulez savoir ce que le président de la République sénégalaise fera demain, regardez ce que le président de la République de France fait aujourd’hui. Pendant ses sept ans au pouvoir, Macky a connu trois présidents français et a suivi chacun d’eux. Sarkozy, Hollande et Macron nous ont dit qu’ils veulent un Nouvel Ordre Mondial, on a entendu Macky Sall pérorer « qu’il faut un nouvel ordre... »
François Hollande a dit que quand en croit à la République, il faut passer par la franc-maçonnerie. Sous Macky, les loges maçonniques ont poussé comme des champignons. C’est avec la laïcité que la franc-maçonnerie déchristianise la France et persécute l’islam sans répit. Alors, il faut que Macky montre son attachement à ce principe. La Constitution du Sénégal disait clairement que « le Sénégal est une république laïque ». Macky a tenté d’en rajouter une couche avec son « référendum » pour imposer une laïcité « intangible », c’est-à-dire jusqu’à l’extinction du soleil.
Depuis Sarkozy, les dirigeants français se sont lancés dans une « guerre contre le terrorisme ». De concert avec eux, le président Macky Sall n’a cessé de discourir sur le terrorisme. Terrorisme nuit et jour, terrorisme dans toutes les sauces. Ciel ! Il nous a terrorisés avec ce mot ! Or, cette prétendue guerre contre le terrorisme n’est en réalité que contre l’islam. Des millions de musulmans sont massacrés, leurs pays dévastés et plongés dans le chaos. Mais qui peut dire avec certitude que les terroristes sont ceux qu’on nous présente comme tels ? Qui peut dire que des innocents ne sont pas accusés, tués ou jetés en prison ? L’affaire Imam Alioune Ndao, entre autres, est encore fraîche dans nos mémoires.
Sarkozy, Hollande et Macron ont prôné un « islam de France » qui, en fait, signifie « pas de musulman en France ». Macky est entré dans la danse pour définir ce que doit être l’islam du Sénégal alors qu’on se demande s’il est capable de réciter la Fatiha. La France ferme des mosquées, Macky en a fermé une, une première dans l’histoire du Sénégal. En France, la loi sur le délit d'apologie du terrorisme a été révisée deux mois avant l’attentat contre Charlie Hebdo. Après l’ignoble carnage, que nous condamnons fermement, qui qu’en soient les auteurs, ce pays était allé jusqu’à s’en prendre à un élève de huit ans qui aurait dit en classe : « Je ne suis pas Charlie, je suis avec les terroristes. » Le Sénégal de Macky Sall devait se faire remarquer. L’étudiant Ousseynou Diop a été incarcéré pendant quatre ans pour apologie du terrorisme et vient juste d’obtenir une liberté provisoire. Son avenir est désormais compromis.
François Hollande avait déclaré que l’histoire de la Shoah doit « être enseignée partout, sans aucune restriction ». Et il y a eu au Sénégal de Macky, une conférence sur l’enseignement de la Shoah dans les écoles africaines.
Les mondialisasionistes contrôlent les médias mainstream en Occident, y font passer leurs « vérités » et ce qu’ils veulent bien montrer pour manipuler les peuples, leur imposer une pensée unique et les réduire en esclaves, mais l’Internet jette du sable dans le couscous. Les sources d’informations y sont diverses et les gens peuvent partager d’autres pensées. De plus, c’est un moyen redoutable pour se rassembler et protester. Le mouvement des gilets jaunes en est un exemple. On taxe alors de théorie du complot toute version contraire à celle qu’on veut nous faire gober et on crée des lois pour museler le Net. Sous Macron, ces lois ne cessent de pleuvoir. Macky devait s’illustrer dans cette guerre contre les réseaux sociaux. Mais il fallait un prétexte. Eh bien, les « incivilités et violences verbales de toutes sortes… qui n’épargnent même pas nos figures religieuses. » Il semble oublier qu’un certain Jules Diop insultait des marabouts sur les réseaux sociaux. Où est-il maintenant ? Charlie Hebdo publiait régulièrement des dessins d’une obscénité effarante représentant le prophète Muhammad (Psl), Jésus le Christ ou la Sainte Marie. Et que dire de ce titre à la Une de ce journal : « Le Coran, c’est de la merde » ? Macky est allé à Paris pour soutenir cette « liberté d’expression ». Pourtant il s’est permis de nous tympaniser avec les incivilités sur le Net, les « fake news » et autres, tout ça pour nous annoncer la création d’une « Ecole nationale de cybersécurité à vocation régionale » en partenariat avec… la France.
La liste n’est pas exhaustive, mais c’est déjà assez alarmant.
Idrissa Seck.
Idy est plus futé ou a peut-être plus de personnalité. Au lieu de s’agenouiller devant les valets, il s’agenouille directement devant le roi. Tant qu’à faire. Ceux qui sont au sommet de la pyramide exigeant une allégeance à l’Etat sioniste d’Israël, on a vu le ministre sénégalais des Affaires étrangères mépriser les Palestiniens et se rendre au troisième lieu saint de l’islam escorté par la police israélienne, puis aller prier au mur des Lamentations avec sa kippa, mais Macky tape mollement. Idy défonce la porte. Ses propos sur le génocide à petit feu du peuple palestinien en est une illustration. Pour lui, ce n’est qu’une querelle de demi-frères. Et il ne s’arrête pas en si bon chemin. Connaissant l’aversion et la férocité des mondialisasionistes envers le christianisme et l’islam, il a insinué que Jésus était juste un rabbin juif. Quant à Muhammad (Psl), Idy précise qu’il est descendant d’une femme arabe qui était la servante d’une noble juive alors qu’il n’y avait pas de juif à l’époque. Et pour davantage dévaloriser cette ancêtre du prophète d’Allah, il a tenu à répéter deux fois qu’Abraham l’avait ensemencée comme s’il ne s’agissait pas d’un être humain respectable. De plus, il révèle que les musulmans ne savent même pas que leur ville sainte n’est pas la Mecque, mais probablement Jérusalem. Et ça, raconte-il, il ne l’a pas dit à un musulman lambda ou à un petit marabout sénégalais, mais à un imam de la Mecque. Ce haut dignitaire, n’ayant pas d’arguments, aurait ridiculement fulminé : « Haram ! Haram ! » Le plus choquant est qu’il dit s’appuyer sur le Coran qui n’aurait pas mentionné Makka, mais Bakka. Il est coutumier des faits. Quand il avait finalement reconnu s’être « partiellement » enrichi grâce aux caisses noires, il avait cité des versets du Coran pour se justifier : donner aux proches parents, aux orphelins, aux pauvres…
Pendant un moment, il n’a cessé de répéter, notamment quand il s’exprime en français, que Jacques Attali est son ami. Il le crie pratiquement sur les toits. Pourquoi ? Ce n’est pas à nous qu’il s’adresse, voyons ! Jacques Attali est un phare du mondialisasionisme. Depuis François Mitterrand, il « murmure aux oreilles des présidents ». Il est considéré comme « l’éminence grise du Pouvoir en France » ou carrément « le vrai président de la France ». Hyper médiatisé, il n’a pas hésité à révéler que les élus n’ont plus le pouvoir. En Effet, ils ne sont que des marionnettes, du moins la plupart d’entre eux. Ils ont des maîtres qui les ont placés là et tirent les ficelles. Attali a même annoncé qu’après Macron, c’est une femme qui « dirigera » la France. Et il pense à Jérusalem comme capitale du futur gouvernement mondial. C’est un faiseur de rois. Si Macron est aujourd’hui président, Attali y est pour beaucoup. François Hollande aussi lui doit beaucoup. Etre ami de Jacques Attali, c’est attirer les bonnes grâces des maîtres de ce bas-monde. Idy le sait. Mais ces gens-là ne font rien gratuitement, il y a toujours un prix à payer : contribuer à leurs sinistres projets.
Entend-on Idrissa Seck donner son avis sur la franc-maçonnerie qui gagne du terrain au Sénégal ? Aucune position claire sur la souveraineté du pays, sur la corruption, sur les caisses noires, sur le franc Cfa…. Tout son discours se résume à « puisque vous n’êtes pas satisfaits de Macky, mettez-moi à sa place ». Il ne parle pas de rupture, mais de continuité. On dit qu’il reste constant. Oui, constant dans son obsession à devenir président de tous les Sénégalais, quitte à s’allier avec le diable. Il a de l’expérience, dit-on. Quelle expérience ? Avoir eu de hautes responsabilités dans un régime qui a mis le pays à genoux à tel point que quelqu’un comme Macky Sall a pu accéder au pouvoir ? Ah ! Macky aussi a eu de hautes responsabilités dans ce même régime. Le voila président de la République ! Après sept ans de règne, il a montré qu’une telle expérience n’est d’aucune utilité pour faire avancer le pays. On peut aussi citer Madické, donc trois parmi les cinq candidats.
Peut-on soupçonner Idy d’être franc-maçon ? Sidi Lamine Niass n’y est pas allé par quatre chemins. Pour lui, Idy est plus qu’un simple franc-maçon, c’est un franc-entrepreneur... De grâce, réécoutons ces propos de Sidi : https://www.youtube.com/watch?v=byK5JHDzApg.
Il y a certes des gens sincères, honnêtes et pieux qui soutiennent ces candidats « qui ont de l’expérience », mais ils ne se posent pas certaines questions ou voient les choses autrement. En tout cas, ceux qui croient qu’en votant pour Idrissa Seck ils changeront le système, s’en mordront les doigts. Ils sont comme 6 et 9, plan A et plan B des mondialisationistes.

Bathie Ngoye Thiam

Par Le Lundi 18 Février 2019 à 18:16 | Lu 78 fois


CONTRIBUTION | Article recommandé