Page

Macky signe le décret de grâce : Karim libre aujourd’hui

Karim fait ses bagages. Il sera libre dans la journée, affirment des sources concordantes. Le chef de l’Etat signe le décret aujourd’hui.


«Karim va passer la Korité chez lui», avait confié le président de la République au khalife général des mourides. Mais la sortie de prison du fils de l’ancien
Président est plus imminente que cela. «Il sort aujourd’hui», affirme-t-on du côté de l’Etat et des «plénipotentiaires» du détenu. Le Quotidien a appris
que le chef de l’Etat officialise sa volonté aujourd’hui même par la signature du décret de grâce. Par conséquent, l’ancien ministre, condamné à 6 ans de prison ferme pour enrichissement illicite, sera libre. Dans la journée ? «Nous avons bon espoir que ce sera demain (Ndlr : aujourd’hui).» L’information, bien que verrouillée jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, semble pourtant si détaillée que le décompte est vite fait. «Il sera le 7 363ème gracié sous Macky Sall», soupire-t-on. Cela a le mérite d’être clair que la liberté conditionnelle agitée est écartée.
Les dernières tractations dans la journée d’hier Il se trouve, en effet, rapporte t-on, que des tractations ont eu lieu dans la journée d’hier pour les derniers réglages. Parmi les motivations de cette grâce, il y a des «raisons humanitaires», mais «une demande insistante d’autorités morales et religieuses
». Lors de sa visite matinale à Tanine, la résidence privée de Serigne Sidy Makhtar Mbacké, le chef de l’Etat avait tenu à rassurer ce dernier, en indiquant : «Il n’a jamais été dans mes intentions de mettre qui que ce soit en prison, mais il fallait montrer que le système de gouvernance du Sénégal a changé. Je n’avais jamais refusé de répondre positivement à votre demande de libérer Karim, mais il fallait régler quelques préalables.»
C’est qu’au-delà, les décisions des organismes des Nations unies, comme le Groupe de travail et le Tribunal arbitral dans ce dossier phare, mais aussi chaud, de la Cour de répression de l’enrichissement illicite ont mis Macky Sall devant le fait accompli. Sans compter la diplomatie souterraine menée par des
«pays amis».
Karim «dans de bonnes dispositions» Le dénouement était attendu et il restait les modalités. Puisqu’au fond, il s’agit pour le chef de l’Etat qui, après épuisement de toutes les procédures et nanti de son pouvoir discrétionnaire de gracier, détenait seul les clés de la porte de sortie du candidat
du Pds. C’est là que la politique a fait irruption, de façon officielle, dans cette affaire judiciaire.
Et, il faut le souligner, Macky Sall ne pouvait faire autrement que de se libérer du «colis», après que les codétenus Bibo Bourgi et Pape Mamadou Pouye ont bénéficié d’une libération conditionnelle. Le dialogue national ne pouvait être meilleur prétexte ! Mais alors, qu’en pense Karim Wade qui, selon
certains, ne voudrait pas de cette grâce ? Il se dit qu’il «est dans de bonnes dispositions» d’accepter la grâce. Mais en réalité, il ne pouvait s’y opposer. En plus, il se susurre que Karim ne pouvait refuser cette «main tendue» des autorités religieuses dont celles de Touba. Dans son message rapporté par Me Madické Niang, il déclarait, à l’occasion du rappel à Dieu de Sokhna Seynabou Samb, que Serigne Sidy Makhtar Mbacké est «son guide et son
père».
Alors, Karim réservera-t-il sa première visite à Touba ? Point de réponse pour le moment. Ce qui est sûr, c’est qu’au moins il ne devrait pas y avoir de triomphalisme puisque lui-même a demandé à «ses frères libéraux, ses amis et sympathisants de faire preuve de retenue en évitant toute manifestation pour
respecter le deuil».
hamath@lequotidien.sn
LeQuotidien
Par Le Vendredi 24 Juin 2016 à 09:51 | Lu 96 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE