Page

Marcel Mendy : "Le silence de Habré ne peut pas empêcher la tenue d'un procès"

Le responsable de la communication des Chambres africaines extraordinaires (CAE), Marcel Mendy, a estimé jeudi que le silence de l’ancien président tchadien Hissène Habré, poursuivi notamment pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis sous son régime (1982-1990), et de ses avocats ne pouvait pas empêcher la tenue d’un éventuel procès.


Marcel Mendy : "Le silence de Habré ne peut pas empêcher la tenue d'un procès"
‘’Si Habré persiste dans son silence ou si ses avocats ont décidé de ne pas prendre la parole, cela ne peut pas empêcher la tenue d’un procès, car les dispositions des CAE prévoient, dans le cadre de l’aide juridictionnelle, de lui affecter un avocat’’, a souligné Marcel Mendy.

Il s'exprimait au cours du point de presse de lancement du programme de sensibilisation sur les Chambres africaines extraordinaires.

‘’Il faut également savoir qu’il y a cinq autres personnes mises en cause dans cette affaire, et l’instruction suit son cours’’, a-t-il ajouté, rappelant que l’ancien président du Tchad est poursuivi pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et actes de torture commis entre 1982 et 1990. ‘’S’il (Hisséne Habré) ne parle pas, c’est sûr que les autres vont parler‘’, a-t-il lâché.

L'ancien président tchadien, qui vit en exil à Dakar, depuis la chute de son régime en 1990, affiche le silence lors de ses auditions devant les juges des CAE.

En juillet dernier, alors que ses avocats annonçaient le dépôt d'un recours pour ‘’excès de pouvoir’’, contre le décret du 30 janvier 2013 portant autorisation de nomination des magistrats sénégalais dans les Chambres africaines extraordinaires (CAE), l'un d'eux, Me El Hadji Diouf, indiquait que M. Habré avait "décidé de ne participer à aucun acte d'instruction posé par les CAE''.

Les Chambres africaines extraordinaires ont été créées au sein des juridictions sénégalaises en vue du procès sur les crimes présumés commis au Tchad sous Hissène Habré (décembre 1982-décembre 1990). Elles avaient lancé leurs activités, le 8 février 2013.

Hissène a été inculpé et placé sous mandat de dépôt le 2 juillet 2013, pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et tortures.

Incarcéré d’abord au Pavillon spécial de l’Hôpital Aristide Le Dantec, il a ensuite été transféré à la prison du Cap Manuel où une cellule spéciale a été construite pour lui. Selon des ONG, 40.000 personnes auraient été tuées durant sa présidence.

Le "budget réel'' du procès Hissène Habré s'élève à plus de 18 milliards de FCFA (18.750.971.038), selon un document des CAE.

SKS/ASG
APS
Par Le Jeudi 27 Février 2014 à 19:08 | Lu 62 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE