Page

Mort du Commandant Massoud A la Veille du 11 Septembre: Qui a Commandité L'assassinat du "Lion du Panshir"?

Ahmad Shah Massoud, plus connu sous le nom du Commandant Massoud ou Lion du Panshir était un chef de guerre de l’armée nationale afghane, il est célèbre pour avoir combattu les forces d’occupations russes lors de la guerre d’Afghanistan (1979-1989) puis le régime des talibans (1996 à 2001).


Mort du Commandant Massoud A la Veille du 11 Septembre: Qui a Commandité L'assassinat du "Lion du Panshir"?
Ahmad Shah Massoud : 2 septembre 1953 – 9 septembre 2001

Le Commandant Massoud

Jeunesse

Le Commandant Massoud est né le 02/09/1953 à Bazarak, un tout petit village de la vallée du Panshir, en Afghanistan. Son père, d’origine Tadjik était un officier supérieur de police de la monarchie afghane. Ahmad Shah Massoud a commencé l’école de grammaire à Bazarak et y resta jusqu’en deuxième année. Par la suite, son père Mohammad Dost a été promu au poste de chef de police d’ Herat, Ahmad a poursuivi sa scolarité à l’école Mowaffaq, de la même ville. Plus tard, lorsque son père a été muté à Kaboul, il poursuivit une bonne partie de sa jeunesse dans la capitale afghane.


Depuis son enfance, Ahmad Shah Massoud était considéré comme excessivement talentueux; les écoles qu’il fréquentait l’ont reconnu comme un étudiant particulièrement doué. Il maîtrisait plusieurs langues, notamment le perse , le pachtou, l’ourdou, l’hindi et le français (qu’il apprit au lycée français Isteqlal de Kaboul). Il avait également une bonne connaissance pratique de l’arabe et l’ anglais. Massoud fit également des études d’ingénieur en génie civil à l’École polytechnique de la capitale afghane.

Invasion soviétique de l’Afghanistan
Lors de l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979, Massoud s’engage dans la résistance et la lutte armée contre l’occupant. Il se crée très rapidement une réputation de grand chef de guerre et de stratège hors-paire en repoussant à sept reprises l’Armée Rouge, ce qui lui valut le surnom de Lion du Panshir. Grâce à des moudjahidins et le soutien logistiques et financiers des Etats-Unis et de l’Arabie Saoudite, le Commandant Massoud qui avait à coeur d’entraîner ses troupes, prenait l’ascendant sur l’armée adverse. L’ URSS finit par céder en retirant ses effectifs militaires au terme d’une guerre très meurtrière qui aura coûter la vie à 15.000 soldats soviétiques et plus de 2.500.000 afghans (soldats et civils).

Guerre civile d’Afghanistan
L’armée de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques s’étant retiré d’Afghanistan où elle était venu en aide au régime communiste du pays, les moudjahidins continuerent leur combat contre le gouvernement en place. L’Alliance du Nord, dirigée par le Commandant Massoud, mit fin au régime communiste de Mohammed Nadjibullah Ahmadzaï en 1992. Cette prise de pouvoir fut de courte durée en raison d’une nouvelle guerre civile entres factions rivales afghanes qui débuta à Jalalabad, dans l’ouest du pays, déjà bien ravagé par des années de guerres. Les factions rivales se disputent le pouvoir qui finalement voit l’instauration de l’État islamique d’Afghanistan, proclamée par l’Alliance du Nord du Commandant Massoud. Un contrôle de courte durée pour le lion du Panshir, ses ennemis talibans prennent le pouvoir en 1996.

Résistance contre les talibans
Après leur prise de pouvoir à Kaboul en 1996, les talibans prennent le contrôle du pays tout entier, à l’exception d’une région au nord-est de l’Afghanistan, sous l’autorité de l’Alliance du Nord du Commandant Massoud, fermement opposé aux extrémistes religieux et politiques. Malgré un manque de soutien qu’il réclame notamment aux occidentaux, le lion du Panshir repousse sans cesse l’assaillant de sa vallée. Il attire l’attention de la communauté internationale sur le grand danger qu’incarne le régime taliban envers les droits de l’Homme et particulièrement sur les conditions de vie immondes des femmes, il signe alors la Charte des droits fondamentaux de la femme afghane le 2 juillet 2000. Il interpelle les Etats-Unis, leur demande de l’aide au moins financier et, de faire pression sur le Pakistan pour qu’ils cessent de soutenir les talibans. Il avait également mis en garde des intentions d’al-qaïda de commettre des attaques de plus grande envergure que celles de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie sans toutefois connaître la teneur de ces attaques, ni l’endroit.

Attentat suicide contre le Commandant Massoud

Le 9 septembre 2001, le Commandant Massoud reçoit la visite de deux tunisiens se faisant passer pour des journalistes munis de faux passeports belges, une bombe était dissimulée dans leur fausse caméra. L’un des deux terroristes est mort lors de l’explosion, l’autre a été capturé et abattu alors qu’il tentait de s’échapper. La bombe a aussi tué Mohammed Asim Suhail, un responsable du Front uni. Le commandant Massoud est mort dans un hélicoptère qui l’emmenait à l’hôpital de campagne militaire dans une ville voisine au Tadjikistan. Il est évident que l’attentat à son encontre est étroitement lié avec les attaques du 11 septembre contre le World Trade Center, le Pentagone et le vol 93. A l’image des Etats-Unis d’Amérique, le lion de la vallée du Panshir était imprenable dans une attaque en face à face, Ben Laden savait que les américains, qui jusque ici ne l’avaient écouté que d’une oreille, allaient immédiatement se tourner vers lui après les attentats du 11 septembre 2001.
John P. O’Neill était un expert en contre-terrorisme et le directeur adjoint du FBI jusqu’à septembre 2001, il s’était retiré du FBI pour le poste de directeur de la sécurité au World Trade Center. Au lendemain de la mort du Commandant Massoud il avait déclaré : « Certaines choses sont arrivées en Afghanistan (en allusion à l’assassinat de Massoud). Je n’aime pas la façon dont les choses se bousculent en Afghanistan …. je sens un changement, et je pense que des choses vont se passer … bientôt. « John O’Neill est décédé le 11 Septembre 2001, lorsque la tour sud s’est effondrée.

Massoud, symbole de résistance et de liberté
Ahmad Shah Massoud avait pour conviction personnelle que les hommes et les femmes sont égaux et doivent jouir des mêmes droits, il a également dû composer avec les traditions afghanes qui, selon lui avaient besoin d’une génération ou plus pour surmonter ces préjugés archaïques.
» C’est notre conviction et nous croyons que les hommes et les femmes sont créés par le Tout-Puissant. Les deux ont des droits égaux. Les femmes peuvent poursuivre leurs études, les femmes peuvent poursuivre une carrière, et les femmes peuvent jouer un rôle dans la société . Tout comme les hommes « , avait déclaré le Commandant Massoud peu avant sa mort.

Source: Planet-techno-science.com
Vidéo: Youtube
Thiesvision.com
Par Le Dimanche 11 Septembre 2011 à 13:36 | Lu 1527 fois


ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE