Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelle suspension de l'audience du procès Karim Wade

L'audience du procès pour enrichissement illicite de l'ancien ministre Karim Wade a été suspendue, alors que Ibrahima Khalil Bourgi, considéré comme un des prévenus-clés de cette affaire, venait d'arriver au palais de justice de Dakar.


Nouvelle suspension de l'audience du procès Karim Wade
Les témoins de ce procès ont été autorisés à se retirer et à rentrer jusqu'à une date ultérieure. Ils s'étaient au préalable identifiés.

Bibo Bourgi avait été pour sa part extrait de la clinique dakaroise où il était jusque-là interné pour des soins, avant d'être conduit par ambulance dans les locaux du palais de justice.

Le juge Henry Grégoire Diop avait décidé d'une suspension de séance, dès l'ouverture du procès, en réclamant la présidence de Bibo Bourgi, contre qui il avait émis un mandat d'amener. Une requête ensuite portée à l'intéressé.

L'audience avait repris, en attendant l'arrivée de Bibo Bourgi. Karim Wade avait été dans la foulée appelé à la barre avec ses avocats qui s’étaient au préalable constitués.

Pape Mamadou Pouye, Pierre Agboba, Alioune Samba Diassé Mbaye, Mamadou Aïdara dit Vieux, Mballo Thiam, tous présentés comme des complices du prévenu principal, sont poursuivis pour avoir aidé ou assisté Karim Wade, de 2000 à 2012, dans la préparation, la falsification de faits pour lesquels il est attrait à la barre. Après ces prévenus, les témoins ont été à leur tour appelés à la barre pour identification.

M. Wade devra justifier un patrimoine de 117 milliards de francs CFA. Il risque 5 à 10 ans de prison s’il est reconnu coupable.

Son procès se tient en présence d’un important public composé de curieux, de sympathisants et de reporters de médiats nationaux et internationaux.

D'anciens ministres - Me Madické Niang, Modou Diagne Fada et Farba Senghor - y sont également présents, à l'appel du PDS, la formation de l'ancien président Abdoulaye Wade dont de nombreux dignitaires se trouvent dans le collimateur de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI).

Ce procès, emblématique de la traque des biens présumés mal acquis, déclenchée par le régime du président Macky Sall dès son arrivée au pouvoir en mars 2012, se déroule sous haute surveillance.

Un important dispositif sécuritaire a été mis en place aux abords du palais de justice de Dakar, située non loin de la prison de Rebeuss où Karim Wade est incarcéré, pour prévenir d’éventuels troubles à l'ordre public

FD/BK
APS
Par Le Jeudi 31 Juillet 2014 à 15:31 | Lu 84 fois



Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES