Page

Paris et sa région déjà à l’heure du Grand Magal de Touba 2018

ThiesVision.com - A moins de trois mois du Grand Magal, les Dahiras et associations mourides de la région parisienne vivent déjà au rythme de ce jour de grâces et de réjouissances dont la célébration marque le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba en 1895.


Pour rappel, le 8 novembre 2017, dans une démarche unitaire inédite, les Mourides de la Région parisienne avaient célébré le grand Magal dans l’illustre Palais des Congrès de Montreuil. Pour la première fois et dans des délais plus que contraints, les responsables des Dahiras, emboitant le pas à plusieurs années de tractations à visée unitaire, avaient senti la nécessité de donner enfin corps à un projet qui s’imposait comme une évidence : la célébration commune du Grand Magal.
C’est ainsi qu’en quelques semaines, une somme de 75 000 € (près de 50 millions de FCA) avait pu être réunie à travers divers canaux de collecte. Ce fonds avait permis d’assumer les charges du Magal, de remettre un don pieu (hadiya) au khalife général des Mourides et de financer les charges relatives à la célébration du Maouloud (Gamou).
Les souvenirs sont encore vivaces. Le Magal de 2017 au Palais des Congrès avait vibré, pendant près de 24 h, au rythme de la lecture du Saint-Coran, des khassaïdes et de la déclamation de zikr, conformément aux recommandations de Cheikh Ahmadou Bamba. La journée avait également vu se côtoyer, dans une rare ferveur religieuse, des milliers de musulmans de France et d’Île-de-France au milieu de qui s’étaient succédé de hautes personnalités religieuses et administratives de France et du Sénégal. Des messages sur l’universalité de la mission du Cheikh avaient également pu être délivrés à l’intention de l’assistance venue nombreuse.
Preuve de la rigueur dans l’organisation commune de cet évènement à Paris, les loueurs de la salle du Palais des Congrès avaient fait un témoignage réconfortant au lendemain de la célébration du Magal, déclarant qu’il était rare de trouver l’endroit aussi propre après la tenue d’un évènement de cette envergure. De quoi être rassuré pour les éditions à venir. Il faut dire que les services dévolus à la sécurité et à l’hygiène, issus eux-mêmes des rangs des mourides, n’avaient ménagé aucun effort pour préserver les lieux de tout dommage de nature à porter atteinte à la réputation de la communauté mouride francilienne voire de l’Islam de manière générale.
Pour les besoins de l’édition 2018 du Magal, prévue aux alentours du 28 octobre, le Collectif 18 Safar – nom donné au comité d’organisation – a vu les choses en plus grand, tablant sur un budget prévisionnel de 52 millions de FCFA (80 000 €). Tous les Dahiras s’affairent désormais pour l’atteinte de cet objectif qui demeure clairement atteignable compte tenu de la performance de 2017.
Puisse le Très-Haut nous gratifier de la chance de célébrer ce jour de grâces et de réjouissances licites pendant encore plusieurs décennies. Puisse-t-Il prêter longue vie et une santé de fer au khalife général des Mourides Serigne Mountakha Mbacké.

Seydina Omar Ba
Membre du Comité d’Organisation

Par Le Vendredi 10 Août 2018 à 11:12 | Lu 92 fois


Tags : magal, Paris, touba

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE