Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Premier cas confirmé : Dakar chope ébola


Premier cas confirmé : Dakar chope ébola
La décision prise par les autorités de fermer les frontières du Sénégal avec les pays qui font face à l’épidémie d’ébola n’a pas pu empêcher le pays d’enregistrer son premier cas. Originaire de la Guinée, un jeune porteur du virus a échappé à la vigilance des équipes de surveillance épidémiologique opérant en République de Guinée qui ont informé le ministère de la Santé de la présence de cette personne sur le sol sénégalais. Madame le ministre de la Santé et de l’Action sociale, en conférence de presse hier, a donné l’information. Elle a par la même occasion fait savoir que le patient a été mis en quarantaine et que des mesures ont été prises pour éviter la dissémination de la maladie.
Le Sénégal n’a pas pu résister plus longtemps face à la poussée du virus ébola. Malgré le fait d’avoir fermé ses frontières avec les pays qui font face à cette maladie, Dakar vient d’enregistrer son premier cas. Originaire de la Guinée, le jeune étudiant, identifié comme étant porteur du virus, a réussi à franchir les frontières sénégalaises. Le ministre de la Santé et de l’Action sociale livre la mauvaise nouvelle avec un ton épousant la gravité de l’information. Awa Marie Coll Seck : «Le mercredi dernier, des équipes de surveillance épidémiologique opérant en République de Guinée nous ont livré une information faisant état de la disparition depuis 3 semaines d’un cas contact des personnes infestées par le virus ébola qui se serait rendu au Sénégal.» Poursuivant ses explications, le ministre de la Santé renseigne que «c’est sur la base de cette information que des investigations ont été menées conformément aux procédures déjà établies». «C’est ainsi que le cas contact a été localisé au niveau de la clinique des maladies infectieuses du Centre hospitalier de Fann. Il s’agit d’un jeune Guinéen, étudiant dans une université de Conakry, qui s’est présenté en consultation le mardi 26 août à l’hôpital précité dans un tableau infectieux, sans hémorragie en dissimulant l’information selon laquelle il a eu des contacts en Guinée avec des proches victimes de la maladie», a-t-elle expliqué.
Après, c’est le branle-bas dans l’Administration sanitaire. D’après Mme Seck, la personne a été mise en quarantaine et bénéficie d’une prise en charge appropriée. De même, il a aussi été procédé à des prélèvements aux fins d’analyses de détection du virus ébola. Et les résultats de ces tests effectués à l’Institut Pasteur de Dakar se sont avérés positifs. Mais le ministre de la Santé tente de rassurer les populations en soutenant «que l’état de santé du patient est satisfaisant». Pour faire face à cette situation et éviter la dissémination du virus, le Comité de gestion des ripostes du ministère de la Santé est en train de travailler sur la traçabilité de tous les contacts. «Nous sommes en train de reprendre tout l’itinéraire, mais également de voir toutes les personnes qui ont été en contact avec ce patient qui, à l’heure actuelle, sont beaucoup plus coopérants et apportent toutes les informations nécessaires. Il y a une équipe composée du directeur de la Surveillance du ministère de la Santé et de l’Action sociale, d’un représentant de l’Oms et de l’Institut Pasteur, un épidémiologiste qui vont être le noyau dur par rapport à la traçabilité», a-t-elle déclaré.
Le dispositif de surveillance et de riposte renforcé
Avec ce cas du virus ébola identifié, le Sénégal va accentuer le dispositif de surveillance et de riposte de la maladie déjà mis en place dès son apparition dans la sous-région ouest africaine. A en croire Awa Marie Coll Seck, le Sénégal, qui était déjà organisé avec des réunions hebdomadaires du Comité de gestion de l’épidémie, des formations sur le terrain, va multiplier les initiatives pour bloquer son expansion. «Pour ce comité, ce sera de manière quotidienne qu’il y aura des rencontres, les commissions qui ont été mises sur pied vont maintenant en fonction de la réalité s’adapter. Par exemple, la Commis­sion recherche de contacts a été renforcée, la logistique de prise en charge des malades aussi. Peut-être qu’on va même chercher un autre site. Nous avons également renforcé les équipements pour le personnel de santé pour une assurance complète de la sécurité. Il y a un cadre de riposte qui existe et que nous suivons minutieusement et nous nous adaptons à chaque fois aux réalités du terrain», a-t-elle dit.
Lors de cette rencontre, le ministre de la Santé n’a pas manqué d’appeler les populations à mettre en exergue les mesures d’hygiène : «C’est-à-dire de se laver les mains avec de l’eau et du savon à chaque fois que c’est possible pour pouvoir être dans de bonnes conditions d’hygiène.» De même, elle a rappelé que le malade est contagieux au moment où il a des vomissements, du sang et de la diarrhée. «C’est le contact avec tout cela qui entraîne la contamination, il ne faut pas croire que ça va passer par l’air», rassure-t-elle.

dkane@lequotidien.sn
LeQuotidien
Par Le Samedi 30 Août 2014 à 18:40 | Lu 78 fois

Tags : dakar, ebola


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES