Page

Présidentielles au Togo, interview de David Kpelly : «Je suis du côté du peuple togolais. Je suis CAP 2015 !»

ThiesVision.com - Le samedi 25 avril prochain, nos frères togolais se rendront aux urnes pour élire leur Président. Parmi les candidats, Faure Gnassingbé, président sortant, qui brigue un troisième mandat, puisqu’il n’y a pas de limitation de mandats au Togo. Cette candidature n’est pas du goût de ses opposants qui y voient un mandat de trop. Parmi ces opposants, le jeune écrivain et blogueur togolais David Kpelly qui vit dans notre pays depuis 7 ans. Avec le franc-parler qu’on lui connaît, il a accepté de répondre à notre journal sur quelques questions concernant cette élection.


Présidentielles au Togo, interview de David Kpelly : «Je suis du côté du peuple togolais. Je suis CAP 2015 !»
David Kpelly bonjour, dans deux jours les Togolais voteront pour élire leur prochain président. Que pensez-vous de cette élection ?
Merci de l’opportunité que vous m’offrez pour m’exprimer une fois de plus dans votre journal. Vous savez, quand on connaît ce que les élections ont toujours été au Togo, on est poussé à dire « Bof, cette élection ne servira à rien, tout le monde sait qu’elle est volée d’avance par le régime au pouvoir comme toujours », mais comme l’espoir est l’une des rares choses qui restent à un opprimé, on espère. J’ai déjà exprimé à plusieurs reprises mon pessimisme vis-à-vis de ces élections, mais bon, le fait est là, il y aura élections. Espérons donc.
On sent dans votre raisonnement que le pessimisme y est toujours, vous n’y croyez pas. Auriez-vous préféré le boycott comme l’avancent certains togolais ?
Notre grand problème au Togo est que le régime qui nous dirige n’est composé que de gens de très mauvaise foi, des hommes d’une malhonnêteté ineffable, d’un cynisme sans nom. L’opposition a déjà boycotté des élections au Togo, et cela avait servi de prétexte au pouvoir qui avançait que si l’opposition voulait vraiment changer les choses, elle ne devait pas pratiquer la politique de la chaise vide. Donc, aux Togolais qui soutiennent que l’opposition aurait dû boycotter ces élections, je dis cela ne changerait rien, ce régime diabolique y trouverait encore le prétexte de dire que ce sont les opposants qui ne veulent pas faire avancer le Togo.
Vous ne croyez donc pas à ces élections, vous n’êtes pas partisan du boycott. Qu’auriez-vous préféré alors ?
J’aurais préféré que nous autres, qui contestons le pouvoir, des leaders de l’opposition aux activistes en passant par les militants, nous continuions de mettre la pression sur ce régime pour obtenir de vraies réformes avant toute élection. Ne nous leurrons point, ce n’est pas facile d’avoir de vraies réformes d’un régime aussi faux, dangereux et éhonté. Mais avons-nous le choix ? Je trouve que c’est un peu gauche, irresponsable de la part de nos opposants d’aller à une élection tout en sachant que les conditions ne sont pas réunies pour qu’elles soient transparentes, crédibles et apaisées, et venir après crier qu’ils ont été trichés.
C’est de notoriété publique, vous n’avez aucune estime pour le président sortant Faure Gnassingbé. Que dites-vous de sa candidature ?
Avec cette décision de briguer un troisième mandat, Faure Gnassingbé présente désormais toutes les caractéristiques du dictateur africain, à l’instar de son père Eyadema. Le prototype du président avide de pouvoir que nous ne voulons plus en Afrique. En décidant de se présenter une troisième fois aux présidentielles, Faure Gnassingbé perd tous ceux qui voyaient en lui un jeune dirigeant cultivé, conscient des enjeux actuels de notre continent. Si, au milieu de tous ces présidents qui font deux mandats et décident, d’eux-mêmes, de se retirer et laisser aux autres la responsabilité de conduire la destinée de leur pays, si au milieu de toute cette civilisation Faure Gnassingbé décide de se comporter comme son rétrograde de père Eyadema et sa bande Mobutu, Bongo… eh bien, il ne fait que donner raison à ceux qui l’ont méprisé dès le début, voyant en lieu un cynique dictateur en devenir.
Il y a cinq candidats à cette élection, bon, disons quatre pour vous, comme on sait que Faure est déjà raillé de votre liste. Parmi les quatre candidats de l’opposition, vous penchez pour qui ?
Ce n’est pas un homme que je vote. Je vote une idée, un concept, des valeurs, des rêves, un idéal. Je suis du côté du peuple togolais. Je suis CAP 2015 représenté par Jean-Pierre Fabre.
Un mot aux Togolais.
Allez massivement voter, chers frères. Croyez-y. Croyons-y. Je sais que c’est très difficile. Mais avons-nous le choix ? Votons, et en entrant dans l’isoloir, comprenons que nous ne votons pas pour les petits bouts de pain que nous avons en main aujourd’hui. Nous votons pour aujourd’hui, demain, toujours. Nous votons pour nous, nos enfants et nos petits-enfants. Nous devons voter pour un Togo meilleur. Votons donc, frères togolais, CAP 2015. Votons le Togo.
Merci David Kpelly. Nous rappelons que votre dernier livre publié a pour titre « Pour que dorme Anselme », Editions Awoudy, 2015.
Propos recueillis par Emmanuel Dougnon, pour Maliba News.
ThiesVision
Par Le Vendredi 24 Avril 2015 à 19:03 | Lu 458 fois



Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES