Page

Procès Habré : Des scanners et des portiques pour renforcer la sécurité

La sécurité sera renforcée à l'occasion du procès de Hissein Habré, a révélé le coordonnateur de la cellule de communication des Chambres africaines extraordinaires (Cae), Marcel Mendy, lors d'un point de presse organisé ce dimanche.


«Ce procès a un potentiel risque important. D’autant que M. Hissein Habré a ses soutiens qui sont très actifs ici au Sénégal qui font des déclarations dans les médias, qui avaient même menacé de s’opposer à son arrestation. Nous avons récemment entendu son épouse faire une sortie dans la presse pour dire qu’il s’agit d’une guerre politique, médiatique et mystique. Qu’est ce qu’il y a derrière ces mots-là ? Qu’est-ce qu’ils préparent ? Nous avons fait l’option de procéder à un système d’accréditation pour filtrer les entrées», a déclaré Marcel Mendy.
Preuve que des mesures de sécurité ont été prises, la Cae et la gendarmerie ont pris les devants, des postes de contrôles sont érigés devant la salle d’audience. «Nous avons mis en place un système de sécurité d’abord pour accueillir et la presse et les autres participants. Ce système sera pris en charge par un dispositif de la gendarmerie. Ce système sera décliné en plusieurs phases : à l’entrée du palais de justice, il vous sera demandé ou votre badge d’accréditation ou carte de presse pour pouvoir accéder à l’intérieur de la salle. Une dérogation exceptionnelle sera faite pour les journalistes et techniciens qui veulent suivre le procès. Deux scanners et 4 portiques seront installés à l’entrée de la salle 4», a précisé le coordonnateur de la cellule de communication de la Cae.
Marcel Mendy d’informer qu’«à l’issu de la partie protocolaire, les cameramen et photographes seront invités à se retirer. Ils n’auront plus le droit de filmer, car un dispositif institutionnel a été mis à travers la Rts chargée de capter les images et le son de ce procès et les mettre à la disposition de tous ceux qui en feront la demande, gratuitement. C’est pour des raisons de commodité qu’on ne peut pas admettre dans cette salle tous les cameras et enregistreurs de son. Ce n’est pas une soirée de gala, c’est un procès qui a des exigences. Le juge a besoin de voir le témoin qui parle et l’accusé qui est là», dira-t-il aux journalistes.
SENEWEb
Par Le Dimanche 19 Juillet 2015 à 23:28 | Lu 87 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE