Page

Rémy Ngono a la tête dure: Portrait d’un journaliste camerounais exilé en France

Pour ce professionnel des médias camerounais, ne pas renoncer à son métier était une évidence. La Maison des journalistes (MDJ), à Paris, l’a soutenu dans cette obstination de tous les instants. Après avoir traversé des temps difficiles, J. Rémy Ngono a trouvé sa place dans la presse française. Son portrait est le second d’une série que vous propose Afrik.com cette semaine.


Rémy Ngono a la tête dure: Portrait d’un journaliste camerounais exilé en France
Pour avoir un entretien avec J. Rémy Ngono, il doit d’abord éteindre ses trois téléphones portables. Désormais à l’aise financièrement, l’homme de 40 ans se plaît à évoquer sa belle voiture, son appartement confortable à Paris et ses négociations salariales. Aujourd’hui, le journaliste camerounais n’a pas de fins de mois difficiles, mais cela n’a pas toujours été le cas.

J. Rémy Ngono vit en France depuis cinq ans. Avant d’y venir, cet amoureux des proverbes possédait une émission satirique de grande écoute sur la radio télévision Siantou (Rts), première station privée du Cameroun. Lors de celles-ci, il avait pris l’habitude d’égratigner les ministres et le président de la République, Paul Biya. Si les auditeurs apprécient sa verve, les autorités, elles, l’aiment beaucoup moins ! En 2003, il est condamné à six mois de prison pour appel à la rébellion, commentaires tendancieux et outrage au chef de l’Etat. A sa sortie du “Kosovo”, l’un des quartiers les plus dangereux de la prison centrale de Yaoundé, capitale du Cameroun, une décision de justice lui interdit d’exercer son métier. Par la suite, il dit s’être fait approcher par des personnes proches du pouvoir qui font pression sur lui pour qu’il change sa ligne éditoriale. Il s’y refuse et doit alors quitter le pays. Lorsqu’on lui demande s’il souhaite rentrer chez lui, sa réponse est sans équivoque : « on peut arracher un homme d’un pays, mais pas le pays du cœur d’un homme. » Toutefois, malgré son attachement au Cameroun, c’est aujourd’hui loin de la nation des Lions Indomptables que Rémy Ngono poursuit sa carrière.

L’ANPE lui trouve une place de vigile

Lire la suite sur Afrik.com
Par Le Jeudi 19 Avril 2012 à 18:53 | Lu 1212 fois


ENVIRONNEMENT | LA PRESSE DU JOUR | Journal de la Présidentielle. Par Binta Diallo (RFM-Archipo) | PORTRAIT | RECHERCHE | THIES - Actu Région