Page

Réponse à l’imam El hadj Alioune Moussa Samb (Abdou Diouf Touba Toul (ADTT) Président de l’Union des Force)

ThiesVision.com - La bouche de l’imam El Hadj Alioune Moussa Samb sent de l’argent « Sall » !!! Je sais que ma plume ne pourra pas suffisamment extérioriser la profondeur de ma surprise, de ma désolation et de mon indignation après la déclaration malheureuse de l’imam Ràtib de la Grande Mosquée de Dakar sur la réduction du mandat du Président Macky Sall lors de son sermon le jour de l’Aid d’El Fitr.


Monsieur l’imam, voulez-vous que notre Président soit un abominateur auprès d’Allah et de son prophète ?

Pour être honnête, je suis abasourdis, hébété, stupéfait et surtout catastrophé lorsque, El Hadj Moussa Samb, en sa qualité d’imam Ràtib d’une institution religieuse publique comme la Grande Mosquée, et s’il vous plait, à l’occasion d’un événement aussi solennel que l’Aid d’El Fitr, devant la tribune de Dieu le Tout Puissant, occupant le Minebar qui est en réalité exclusivement la place de notre cher Prophète Mohammed (PSL), demande au Président de la République, le premier khalife du pays, supposé donner le bon exemple, de commettre une ABOMINATION à l’endroit de son peuple, de tous les musulmans et devant Allah Soubhaana’hou wa Ta’hallah. En effet, Allah dit sans équivoque dans le Saint Coran : « Vous les croyants, pourquoi vous dites ce que vous ne faites pas ? C’est une grande abomination auprès d’Allah de dire ce que vous ne faites pas ». (Sourate Sa’fi, verset 2-3).
Monsieur l’imam, voulez-vous que notre Président soit un abominateur auprès d’Allah et de son prophète ?
Je suis navré de le dire mais, en entendant, regardant et suivant l’imam faire une telle déclaration, recommander ce qu’Allah Soubhaana’hou wa Tallah et son Prophète ont clairement et énergiquement interdit et banni, il me donne l’impression de délirer, comme « deum bouy diafour », après avoir mangé de la viande interdite, illicite ; et donc de l’argent salle venant d’un pouvoir corrompu et corrupteur, ou à la limite de faire les yeux doux au Président de la République pour avoir reçu ou éventuellement recevoir des « sinécures », ou pour être dans la grâce du Président.
En réalité, l’Islam nous enseigne que les imams et les savants sont les représentants de Dieu et des prophètes sur terre, et de ce fait, ils ont comme mission de prêcher la parole de Dieu, d’orienter les populations dans le droit chemin et surtout de jouer le rôle de médiateur social quand il y’a des divergences ou des velléités de confrontations, qu’elles soient physiques ou idéologiques entre leurs concitoyens. Dans ce cas, pour quelle raison imam Samb vous demandez au Président de ne pas tenir ses promesses, et de se dédire alors que vous avez bien appris, dans la Souna du prophète Mohammed (PSL) que l’une des indices pour reconnaitre l’hypocrite (Na feqkh), c’est le fait qu’il ne tient jamais à ses promesses. En termes plus clairs, le Messager d’Allah a dit : « Les signes révélateurs de l’hypocrite sont au nombre de trois : il ment lorsqu’il parle, ne respecte pas sa promesse lorsqu’il la donne et trahit lorsqu’on lui fait confiance. Ceci, même s’il accomplit la prière, verse l’aumône et prétend être musulman. » Rapporté par Mouslim.
C’est incroyable même quand vous, imam allez jusqu’à affirmer que soulever la problématique du « wakh wakheet », du reniement, que dire, du parjure n’est que balivernes, qu’on peut légalement faire des promesses et les nier par la suite, sans conscience morale aucune ; une façon bien drôle pour vous de conforter Macky Sall dans son intention de se dédire et de fouler aux pieds une des valeurs traditionnelles et islamiques les plus fondamentales à savoir le respect de la parole donnée. En clair, si le Président Sall suit vos conseils, il deviendrait d’office un hypocrite de première classe.

Monsieur l’imam, voulez-vous que Macky Sall soit parmi les hypocrites bannis par Allah et son prophète (PSL) ?
Certainement non pour nous ! Nous ne voulons ni d’un Président abominateur, ni d’un dirigeant hypocrite, encore moins d’un imam, représentant de Dieu qui « trahi » la parole de Dieu et se fourvoie du chemin prophétique en donnant des contre-recommandations.
Monsieur l’imam, avez-vous oublié les éclaboussures socio-politiques du « wakh wakheet » du Président Abdoulaye Wade récemment avant les élections présidentielles de 2012 ?
C’est malheureux, voici un imam qui ne tire aucune leçon du passé politico-électoral si récent et quasi chaotique du Sénégal, qui s’est soldé par plus d’une dizaine de morts. Comment peut-il donc donner des leçons par rapport à un avenir politique sénégalais déjà annonciateur de bisbilles et d’affrontements pouvant même conduire à un « 23 Juin » bis ? Dans cette même ordre d’idées, j’attire votre attention cher imam, ainsi que tous ceux qui encouragent le Président Sall à se dédire, à faire du « wakh wakheet », à ne pas diminuer son mandat, que vos responsabilités seront pleinement engagées devant Dieu et devant le peuple sénégalais au cas où s’ensuivraient des affrontements mortels entre pouvoir et opposition, et société civile.
Cependant, en résumé, loin sans faut, pour nous de récuser à l’imam Moussa Samb son droit absolu de donner ses positions sur une question nationale, mais il se pose un problème de principe. Quand deux camps se regardent en chiens de faïences pour s’ « affronter », comme c’est le cas actuellement entre la mouvance présidentielle et celle de l’opposition au sujet de la réduction ou non du mandat du Président de la République, la position de l’imam se doit logiquement d’être encadrée par sa neutralité, son impartialité et par son souci de concilier et de fédérer les parties adverses. Néanmoins, Moussa Samb, en sa qualité de citoyen ordinaire, peut belle et bien prendre une position partisane mais il n’a aucunement le droit de le faire en tant que personne morale incarnant une institution publique de la trempe de la Grande Mosquée de Dakar. Le camp échéant, cher imam, quitter le Minebar du Prophète (PSL), emmenez-vous en dehors de l’institut religieuse, départissez-vous de vos habits d’imam, trouvez-vous une turbine politique et défendez l’ABOMINATION, et l’HYPOCRISIE.
Par Abdou Diouf Touba Toul (ADTT) Président de l’Union des Force Le Lundi 20 Juillet 2015 à 15:43 | Lu 199 fois



Nouveau commentaire :

CONTRIBUTION | Article recommandé