Page

Restitution du 1/3 des biens détournés: Modibo Diop en liberté « arrangée »

Modibo Diop, l’ex-directeur de l’Agence pour l’électrification rurale (Aser), qui a maille à partir avec la justice depuis décembre 2010, a recouvré la liberté depuis hier, mercredi 11 juin 2014. Il a ainsi bénéficié de circonstances atténuantes pour avoir restitué la somme de 165 millions de F Cfa sur les 477.534.601 F CFA supposés détournés.


Restitution du 1/3 des biens détournés: Modibo Diop en liberté « arrangée »

Ouf de soulagement pour l’ancien Directeur général de l’Agence pour l’électrification rurale (Aser) et ses parents. Modibo Diop, a recouvré la liberté hier, mercredi 11 juin, après 3 ans et 6 mois passés en prison pour détournement de deniers publics. La Cour d’appel de Dakar a ainsi suivi le réquisitoire du parquet général, lors de l’audience en appel. Le substitut général, Ibrahima Bakhoum, avait requis trois ans fermes et une amende de 5 millions de FCfa contre l’ex-Dg et ses co-prévenus.

Il avait demandé à ses collègues du siège de lui accorder des circonstances atténuantes, parce que l’accusé a restitué la somme de 165 millions de F Cfa sur les 477.534.601 F Cfa supposés détournés. Ce dernier s’est basé sur les dispositions de l’article 155 du Code pénal, qui prévoit des circonstances atténuantes, quand une personne poursuivie pour détournement rembourse, avant son jugement, le 1/3 du montant détourné.

Liberté provisoire: une épée de Damoclès…

Par ailleurs, l’on peut citer d’autres cas de liberté provisoire. La libération de Tahibou Ndiaye, Ex-Dg du Cadastre, le 3 juin dernier avait fait la «Une» des médias. La presse avait révélé que l’ancien directeur du Cadastre a mis 3 milliards de FCfa sur la table pour sa libération provisoire. Il était poursuivi pour plus de 7 milliards de FCfa, valeur estimée de sa fortune personnelle. Mis en demeure, puis envoyé en prison en décembre 2013, pour enrichissement illicite, il a bénéficié d’une liberté, mais sous contrôle judiciaire, après une contre partie de 3,4 milliards de FCfa cédée à l’Etat.

Sur la liste figure aussi l’ancien directeur de l’Agence des aéroports du Sénégal (Ads), Mbaye Ndiaye. Placé sous mandat de dépôt en avril 2013, il a bénéficié d’une liberté provisoire pour «raison médicale», en juin, à la suite de ses co-prévenus Bibo Bourgi et Pape Samba Diassé, inculpés pour complicité d’enrichissement. Dans le cadre de la même procédure, il y a Karim Wade emprisonné le 17 avril à Rebeuss pour enrichissement illicite pour une valeur estimée à 694 milliards de F Cfa. Au même moment, celui qui est considéré comme son complice, Cheikh Diallo, a été libéré la veille de la fête de tabaski, après six mois de réclusion.

D’autres aussi….

Le maire de Ndioum a également fait l’objet d’une poursuite. Amadou Kane Diallo, par ailleurs ex-directeur général du Conseil sénégalais des chargeurs (COSEC) a été inculpé le 25 juin 2012, pour détournement de deniers publics, corruption passive et faux et usage de faux en écriture publique authentique. C’est d’ailleurs l’une des premières personnalités à avoir été emprisonnée, dans le cadre de la traque des biens mal acquis. Il sera libéré au bout de trois mois de détention préventive.

Le même sort sera réservé à Baïla Wane, mais après avoir purgé neuf mois de détention préventive. L’ancien directeur général de la Loterie nationale sénégalaise (Lonase), poursuivi pour détournement de deniers publics portant sur 3,4 milliards et 300 millions, corruption, abus de biens sociaux, faux et usage de faux en écritures authentiques et association de malfaiteurs, a été mis en liberté provisoire, depuis le 2 août dernier pour raison médicale. Son état de santé est jugé «assez délicat et incompatible avec les rigueurs de la détention», selon un rapport médical.

Lancien président du conseil d’administration de la Lonase qui était maintenu dans les liens de la détention a été élargi provisoirement trois mois plus tard. Embastillé en même temps de Baïla Wane, Ibrahima Condetto Niang n’aura passé que six mois en prison. Et la liste des personnalités libérées, mais sous contrôle judiciaire n’est pas exhaustive.
Jean-Michel Diatta
SUD QUOTIDIEN
Par Le Jeudi 12 Juin 2014 à 11:20 | Lu 62 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE