Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sénégal : la folie du régime ».

L’ignoble interpellation d’Adama GAYE par la Division des Investigations Criminelles, devenue une police politique, et le bras armé du palais prouve que le Sénégal a basculé dans l’univers des Etats délinquants.


Sénégal : la folie du régime ».
L’invocation de l’article 256 du code pénal pour tenter de « justifier » du point de vue juridique l’interpellation d’Adama Gaye est un motif fallacieux et constitue un scandale absolu. La notion d’écrits « contraires aux bonnes mœurs » est une notion dont la qualification juridique est floue, extrêmement difficile à prouver dans le cas d’Adama GAYE.

Les bonnes mœurs sont définies comme « les usages conformes à la moralité, à la religion et à la culture d'un pays ». Si l’article 256 du code pénal devait être appliqué au Sénégal, de nombreuses séries ou émissions de télévision ou de radio ne seraient plus diffusées puisque non conformes aux valeurs sénégalaises, de même que de nombreuses boutiques magnifiant la beauté et le corps de la femme mettraient la clé sous le paillasson au Sénégal (la culture sénégalaise insiste sur la notion de SUTURA).
Par Le Mardi 30 Juillet 2019 à 12:19 | Lu 107 fois


CONTRIBUTION | Article recommandé