Page

Thiès - Assemblée générale de l’Amicale des travailleurs de l’électricité La direction électrocutée

En assemblée générale, ce week-end, à Thiès, l’Amicale des travailleurs de l’électricité (Ate), demande la régularisation des 650 prestataires de la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec). Elle dénonce aussi la gestion népotique de leur boite.


Thiès - Assemblée générale de l’Amicale des travailleurs de l’électricité  La direction électrocutée
Par Ndèye Fatou NIANG Correspondante
La Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec) est sous haute tension. En assemblée générale, ce week-end, dans la cité du rail, l’Amicale des travailleurs de l’électricité (Ate), qui regroupe quelques 650 prestataires de ladite boite, se dit « délestée » de leurs droits. « Nous travaillons depuis une dizaine d’années à la Senelec sans être recrutés. C’est une injustice que les prestataires sont en train de vivre au sein de l’entreprise », dénonce Timothée Coly, Coordonnateur de l’Ate, qui devant les délégations de l’amicale venues de toutes les régions du Sénégal, réclame « la régulation de tous les prestataires de la Senelec au niveau national ». Pour cela, explique-t-il, « nous avions rédigé une demande d’audience adressée à M. le Directeur de la Senelec, dont l’accusé de réception nous a été remis. Laquelle demande d’audience a été bien prise par la direction qui nous a appelés après notre assemblée générale à Kaolack ».
Il poursuit, « à la suite de notre rencontre avec la direction, nous pouvons dire que nous ne sommes pas satisfaits parce que par manque de considération lors de ce rendez-vous, la direction nous a mis en rapport avec une personne qui se dit conseiller du Directeur des ressources humaines (Drh), une dame dont on ne connait même pas la fonction qu’elle occupe dans la direction et certains juristes. Ils nous ont proposé de nous déverser dans un Groupement d’intérêt économique (Gie), comme celui dénommé : « Equipement Lakhat », qui est une entreprise qui vient de naitre à la Senelec, dont la société a signé des agreements. On lui a même donné des branchements des compteurs, les coupures, les présentations et la relève. Et nous savons que ce Gie a été créé par des agents retraités ».
Et de s’étrangler le prestataire: « Ils sont en train de donner des faveurs aux retraités au détriment de ces jeunes gens qui sont derrière moi ». M. Coly ajoute : « C’est ça leur plan d’actions. Mais nous leur avons dit que l’objectif de cette amicale n’est pas d’intégrer dans des Gie, mais la régularisation de tous les prestataires au niveau national ». Parce que fustige le Coordonnateur de l’Ate, « nous ne pouvons pas concevoir qu’on puisse exploiter une personne pendant des dizaines d’années, et quand cette personne te demande de l’embaucher vous dites que vous ne la connaissais pas, comme le soutient le Drh, qui d’ailleurs, dans sa réponse après notre sortie de Kaolack, a signalé que, ‘’la Senelec est un bien public’’ ». Non rétorque Timothée Coly, « la Senelec est une entreprise parentale, elle n’est plus une entreprise publique. Parce que dans cette dite société, quand vous n’avez pas de parents qui travaillent dans la boite, on ne vous embauche pas ».
Il explique : « Il y a un système de monarchie qui est pratiqué dans l’entreprise, une système qui n’est rien d’autre qu’un agent, à l’âge de la retraite, emmène son fils. Et ce dernier embauché, fait recruter son neveu…ainsi de suite ». Pour dire, selon lui, « la Senelec a été créé pour une famille ».
Au même moment, indique le Coordonnateur de l’Ate, les prestataires se tuent à la tâche. « Combien de cas de fraudes les prestataires donnent à la Senelec chaque jour? Des primes de fraudes qui devraient être payées par ces prestataires mais que la Senelec n’honore pas. C’est de l’injustice. Aujourd’hui le Drh, qui laisse croire, qu’il ne va pas accepter par de fortes pressions gaspiller cet outil qu'on lui a confié, gaspille son énergie à faire croire à ses supérieurs qu’il n’y a plus de prestataires. Il a responsabilisé des personnes qu’il a décentralisées dans les différentes délégations qui existent au niveau national pour un démembrement de tous les prestataires. Ces personnes ont pour rôle de contrôler d’abord le personnel, mais aussi de dire aux prestataires que vous n’êtes pas des prestataires et que vous n’avez pas le droit d’être embauchées par la Senelec encore moins de porter sa tenue, ni de toucher à ses machines ».

Mais fera remarquer Timothée Coly, « le problème ne se situe pas là, mais la maitrise de l’outil de travail. Ce que nous savons bien faire ».

Ainsi et d’interpeller, le Directeur général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé, « nous ne pouvons pas l’exclure de cette situation parce qu’il est le Dg et il connait toute la situation que nous sommes en train de vivre. Il ne peut pas dire qu’il n’est pas au courant de ce qui se passe dans sa société ». « Qu’est-ce que le Dg compte faire de l’avenir de ces 650 prestataires qui existent au niveau national ? S’interroge l’Ate, qui menace d’intensifier leur combat si une réponse n’est pas apportée à cette interrogation.
Aussi, l’Ate n’a pas manqué d’interpeller le Chef de l’Etat, Macky Sall, à qui il demande d’aider, « ces jeunes et pères de familles ». Il dit : « quand le président avait été ministre de l’Energie, il avait recruté tous les temporaires de la Senelec. Nous lui demandons de faire de même pour les prestataires comme il a décrété 2018 ‘’Année sociale’’ ».
nfniang@lequotidien.sn
LeQuotidien
ThiesVision
Par Le Mercredi 17 Octobre 2018 à 11:06 | Lu 70 fois


ENVIRONNEMENT | LA PRESSE DU JOUR | Journal de la Présidentielle. Par Binta Diallo (RFM-Archipo) | PORTRAIT | RECHERCHE | THIES - Actu Région