Page

Thiès : le meurtrier de Mously Lô condamné aux travaux forcés à perpétuité

La Cour d’assises de Thiès a condamné lundi l’accusé Serigne Saliou Mbacké, âgé de 18 ans, à une peine des travaux forcés à perpétuité, pour les délits d’assassinat, de tentative de meurtre et vol commis avec violence.


Thiès : le meurtrier de Mously Lô condamné aux travaux forcés à perpétuité
Selon l’acte d’accusation, les gendarmes de la brigade spéciale de Touba ont reçu, le 24 avril 2009, des informations faisant état de la mort d’une dame Mously Lô, au quartier des HLM à Touba.

Arrivés sur les lieux du drame, les enquêteurs ont trouvé la victime dans une chambre, le corps sans vie, avec des blessures visibles au niveau de la boite crânienne et beaucoup de sang sur les yeux.

A coté d’un matelas posé à même le sol, se trouvait un marteau supposé avoir servi à commettre le crime et le téléphone portable de la victime. C’est à la suite d’investigations que les enquêteurs ont reçu des témoignages d'El Hadji Mbaye qui désignait Serigne Saliou Mbacké comme étant l’auteur du crime.

Interrogé par les gendarmes, il a affirmé qu’il s’était rendu ce jour chez son guide religieux Serigne Saliou Lahat habitant aux HLM et qu’au retour il avait pensé rendre visite à une vielle connaissance qui habitait à coté de la maison de son marabout.

Le témoin dit aux enquêteurs que c’est au moment qu’il est entré dans la maison de cette ancienne connaissance, Oumy Lô, que la fille Mously Lô, l’a accueilli et l’a invité à entrer dans la chambre.

Il précise que la victime lui a même vendu un parfum. Après avoir pris congé d’elle, il s’est rendu compte plus tard qu’il avait oublié le parfum chez Mously Lô. Il retourne aussitôt sur les lieux. Arrivé à la porte de la chambre, il trouve des babouches blanches devant la chambre et il entend du bruit provenant de celle-ci.

Selon toujours El Hadji Mbaye, dès qu’il a soulevé le rideau, il a reçu sur son œil, un violent coup d’un individu habillé en blanc et qui avait ensuite pris la fuite. Mais il précise avoir bien identifié ce jeune comme étant Serigne Saliou Mbacké.

C’est à la suite de recherche que les enquêteurs découvrent que le marteau du crime appartenait au maçon qui travaillait pour le tuteur de Serigne Saliou Mbacké.

Interrogé, ce dernier affirme que le marteau lui appartenait. Ils découvrent également que les babouches laissées chez la victime appartiennent à l’accusé.

Interpellé, l’accusé a pointé du doigt le sieur El Hadji Mbaye comme étant l’auteur du crime. Après plusieurs variations sur ses déclarations et suite à une découverte d’une somme d’argent évaluée à 1.549.000 francs CFA dans un sachet dissimulé sous le tapis de sa chambre, et appartenant à la victime Mously Lô, Serigne Saliou Mbacké finit par avouer son forfait.

Les deux parents de la victime, Mouhamadou Lô et Oumy Lô, constitués parties civiles, ont affirmé que Serigne Saliou Mbacke fréquentait leur maison.

Dans son réquisitoire, l'avocat général a relevé que l’accusé est bien coupable des faits qui lui sont reprochés. Selon lui, les témoignages attestent bien que Serigne Saliou Mbacké a volontairement mis fin au jour de la dame Mously Lô.

Par conséquent, il mérite, selon lui, une lourde peine. Il a requis les travaux forcés à perpétuité contre Serigne Saliou Mbacké.

L’avocat de la défense a, quant à lui, rejeté toutes les accusations portées contre son client, qui selon lui, n’est pas l’auteur des faits.

La défense a relevé que dans cette affaire, il y a le doute et qu’aucune preuve n’est rapportée à la cour pour permettre de démontrer la culpabilité de l’accusé.

A la suite de son délibéré, la cour a reconnu Serigne Saliou Mbacké coupable des faits qui lui sont reprochés et l’a condamné à une peine des travaux forcés à perpétuité.
Par Le Mardi 8 Juillet 2014 à 11:24 | Lu 87 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE