Page

Thiès : le président de l’ONLPL déplore le surpeuplement des prisons

Le président l'Observatoire national des lieux de privation de liberté (ONLPL), Boubou Diouf Tall, a déploré, jeudi à Thiès, le surpeuplement des prisons confrontées à des difficultés dont le manque de ressources financières et d’effectifs.


Thiès : le président de l’ONLPL déplore le surpeuplement des prisons
M. Tall a rendu visite aux détenus de la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Thiès, en compagnie d’une délégation de l’Union européenne et du procureur Ibrahima Ndoye, a constaté le correspondant de l’APS.

Il a néanmoins déclaré que la MAC de Thiès a enregistré des améliorations sur certaines infrastructures, afin de donner aux détenus certaines conditions d’existence meilleures.

Boubou Diouf Tall a également plaidé pour une meilleure prise en charge des détenus, tant sur l’alimentation que sur le cadre de vie, afin de rayer définitivement la sur-occupation de l’espace de cellules.

‘’Il n’est pas normal de constater que le petit-déjeuner n’est pas servi aux détenus. Nous allons faire quelque chose sur cette situation à la MAC de Thiès’’, a-t-il dit.

Le président de l’ONLPL a soutenu que les longues détentions préventives doivent être également être ''revues et corrigées'', pour désengorger les prisons.

Selon lui, ‘’c’est une bonne chose de la part des pouvoirs publics de gracier 800 détenus. Mais si l’on gracie autant et en retour, on condamne 1.000 autres détenus, le problème va encore rester entier’’.

Le conseiller de la section, économie, commerce et gouvernance de l‘Union européenne (UE), Jean-Pierre Sacaze, s’est réjoui d’avoir participé à cette visite. Il a assuré que son organisation, dans le cadre d’un partenariat, va accompagner l’ONLPL dans ses missions de contrôle et de suivi des lieux de privation de liberté du Sénégal.

Selon lui, ''les conditions de détention doivent être corrigées, car avec l’étroitesse des prisons, les détenus sont confrontés à des problèmes d’hygiène et de survie''. Il dit également que les longues détentions préventives sont des facteurs de surpeuplement des prisons.

L’ONLPL et la section sénégalaise d'Amnesty International organisent un atelier de formation sur "les garanties judiciaires contre la torture en droit interne et en droit international", jeudi, vendredi et samedi, à Thiès (Ouest).

Des gendarmes, des policiers, des gardes pénitentiaires et des responsables l'UE participent à l'atelier, selon un communiqué de l'ONLPL.

Vendredi à 9 heures, le magistrat Ndiambé Gaye présentera un exposé sur "la prohibition de la torture en droit international". A 11 heures, un autre exposé portant sur "la prévention de la torture dans le droit au Sénégal" sera présenté par son confrère Cheikh Hanne.

Le magistrat Babacar Guèye entretiendra les participants de l'atelier des "garanties contre la torture pendant la détention", à 15 heures. Une heure plus tard, son confrère Omar Ly se penchera sur "l'indemnisation des victimes au Sénégal : défis et opportunités".

Samedi à 9 heures, il sera question de "l'usage de la force dans le cadre du maintien de l'ordre", un thème qui sera introduit par le commissaire de police Abdou Kital. A 11 heures, "les aspects psychologiques des victimes de torture et mauvais traitements" seront abordés par le médecin Ahmed Saloum Diakhaté.

Le magistrat Boubou Diouf Tall, président de l'ONLPL, parlera du rôle de l'observatoire en matière de "prévention de la torture", à 15 heures.
BD/AD
APS
Par Le Jeudi 26 Décembre 2013 à 21:53 | Lu 231 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE