Page

Traque des biens mal acquis: Dakar rouvre le dossier Karim

L’affaire Karim Wade est loin de connaître son épilogue. Dakar, qui semblait avoir reçu un coup de Jarnac, après le classement sans suite du dossier par le parquet de Paris, mardi dernier suite à une plainte de l’Etat du Sénégal, a déclenché une autre procédure judiciaire contre l’ancien ministre d’Etat. C’est ce qu’a révélé dans son site, le Quai d’Orsay, la voix officielle de la diplomatie française.


Traque des biens mal acquis: Dakar rouvre le dossier Karim

«Une autre procédure judiciaire est par ailleurs en cours. Le juge sénégalais a adressé une commission rogatoire internationale au ministère des affaires étrangères et du développement international, qui l’a immédiatement transmise aux autorités judiciaires compétentes. Elle est actuellement en cours d’exécution», Cette réponse est du porte-parole du Quai d’Orsay, parue dans son site «diplomatie.gouv.fr», que nous avons visité hier, lundi 23 juin 2014.

La voix officielle de la diplomatie française répondait à la question suivante : «La justice française vient de classer sans suite une plainte déposée par le Sénégal contre Karim Wade. Quelle est votre réaction ?»

Le département des affaires étrangères françaises a aussi indiqué ce qui suit : «il ne nous appartient pas de commenter une procédure judiciaire. Cette décision a été transmise directement au plaignant (Etat du Sénégal, Ndlr).
Et d’ajouter comme pour calmer l’ire des autorités sénégalaises : «la France entretient une coopération étroite avec le Sénégal, notamment en matière judiciaire. Elle appuie les efforts en cours dans le domaine de la gouvernance, qui constitue l’une des priorités du document-cadre du partenariat bilatéral, signé en septembre 2013».

Rappelons que mardi dernier, la justice française, avait classé sans suite du dossier, selon les avocats de Karim Wade, suite à une plainte de l’Etat du Sénégal contre leur client, pour enrichissement illicite dans le dossier des biens mal acquis.

Pour le parquet financier de la justice française, dans sa décision rendue le 19 mai dernier, l’infraction reprochée à Karim Wade a été «insuffisamment caractérisée».

La plainte pour «enrichissement illicite» a été déposée en France le 30 novembre 2012 par l’Etat du Sénégal contre Karim Wade. «On lui a attribué une fortune via des sociétés qui appartiennent à d’autres en prétendant qu’il s’agissait de prête-noms», selon la défense de Karim Wade. «Il (Karim Wade) dispose d’environ 4 millions d’euros qu’il a tout à fait pu gagner lorsqu’il était trader à Londres», avait précisé Mohamed Seydou Diagne.

Les avocats de Karim Wade avaient également parlé de «compte fantôme» pour balayer les accusations faisant état d’un compte à son nom à Singapour crédité de plus de 70 millions d’euros.
Les enquêteurs avaient découverts un compte bancaire à son nom à Monaco avec près de 2,5 millions de dollars. «C’est un don du roi d’Arabie saoudite versé à Jersey puis transféré à Monaco», avait répondu l’ancien bâtonnier Jean-René Farthouat.

Hier, c’est le porte-parole du président de la République, Macky Sall qui est monté au créneau pour déclarer que : «contrairement à ce qui a pu être avancé, la Procédure concernant Karim Wade ne s’est pas éteinte en France et la coopération judiciaire entre le Sénégal et la France se poursuit, dans le cadre d’une mission rogatoire».

Mieux, ajoute-t-on dans l’édit présidentiel, «le Porte-Parole du Quai d’Orsay (ministère des Affaires étrangères, Ndlr) a souligné les relations étroites qui lient le Sénégal et la France appuie les efforts faits par le Sénégal dans le domaine de la Gouvernance».
Abdoulaye Thiam
Sudonline.sn
Par Le Mardi 24 Juin 2014 à 14:30 | Lu 56 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE