Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

UNE MISSION DE L’OBSERVATOIRE DES LIEUX DE PRIVATION DE LIBERTÉ À THIÈS, À PARTIR DU 14 SEPTEMBRE

Une équipe de l’Observatoire national des lieux de privation de liberté (ONPL) est attendue à Thiès du 14 au 18 septembre, pour une série d’activités visant "une meilleure prévention de la torture et l’amélioration des conditions de vie des personnes privées de liberté".


UNE MISSION DE L’OBSERVATOIRE DES LIEUX DE PRIVATION DE LIBERTÉ À THIÈS, À PARTIR DU 14 SEPTEMBRE
"A l’occasion de ce séjour, annonce un communiqué, l’Observateur national Josette Marceline Lopez NDIAYE et son équipe comptent dérouler un important programme d’activités portant principalement sur des visites dans les lieux de privation de liberté de la région de Thiès pour le monitoring des conditions de détention pour prévenir la torture, les mauvais traitements des détenues, surtout en cette période de la pandémie de la Covid-19 et voir si le respect des standards internationaux est effectif".

L’Observatoire national des lieux de privation de liberté prévoit également de tenir dans la capitale du rail un atelier de renforcement de capacités des agents d’exécution des lois de la région "pour mieux les conscientiser sur les conséquences de la torture et des mauvais traitements exercés sur les détenus qui met en cause non seulement leurs responsabilités disciplinaires mais aussi leurs responsabilités pénales".

"A travers cette mission, l’Observateur national vise à contribuer, dans ce contexte de Covid 19, à une meilleure prévention de la torture et à l’amélioration des conditions de vie des personnes privées de liberté", peut-on lire.

"Au terme de son programme d’activités dans la région de Thiès, indique le communiqué, l’Observateur national va émettre des rapports dans lesquels seront formulés des avis ou recommandations adressés aux autorités compétentes".

L’Observatoire national des lieux de privation de liberté (ONLPL) déroule ce programme d’activités en partenariat avec le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, Bureau régional de l’Afrique de l’Ouest (BRAO), dans le cadre du projet du fonds OPCAT, le Protocole facultatif à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Selon le communiqué, le programme prévu à Thiès vient après les activités déroulées par l’Observatoire national des lieux de privation de liberté dans la région de Saint-Louis en juin 2020, et les visites ad-oc effectuées dans les Maisons d’arrêt et de correction (MAC) de Thiès, Diourbel, Mbour, Dakar ainsi que dans certains commissariats de Police et brigades de gendarmerie.

L’Observatoire affirme par ailleurs que les mesures d’urgence sanitaire "prises à l’endroit des lieux de privation de liberté du Sénégal par les autorités publiques, dans le contexte de la Covid 19, ont fait leurs effets sur les droits des personnes détenues. Il cite notamment la suspension des visites familiales, des colis venant de l’extérieur, des activités de réinsertion".
BK
APS
Par Le Jeudi 10 Septembre 2020 à 11:23 | Lu 23 fois


ENVIRONNEMENT | LA PRESSE DU JOUR | Journal de la Présidentielle. Par Binta Diallo (RFM-Archipo) | PORTRAIT | RECHERCHE | THIES - Actu Région