Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Zaynab, la fille du Prophète, dont le mari mécréant combattit les musulmans à Badr

L’OBS – Elle est née environ cinq ans après le mariage du Prophète (Psl) et de Khadija [qu’Allah soit satisfait d’elle]; il allait encore s’écouler une dizaine d’années avant la première Révélation. Elle fut mariée à son cousin, Abou Al-As ibn Rabi, duquel elle eut deux enfants : une fille et un garçon. Elle fut parmi les toutes premières à embrasser l’Islam, dès le début de la Révélation, mais son mari refusa de se convertir. De ce fait, elle ne participa pas à l’émigration vers Médine et demeura à La Mecque avec ses enfants et son mari.


Zaynab, la fille du Prophète, dont le mari mécréant combattit les musulmans à Badr
Lors de la bataille de Badr, son mari qui était parti combattre les musulmans dans le camp des Quraysh, fut fait prisonnier. Zaynab [qu’Allah soit satisfait d’elle], pour payer la rançon de son mari, envoya à Médine le collier qu’elle avait reçu de sa mère. En reconnaissant ce bijou, le Prophète fut très ému et rendit la liberté au mari et le renvoya avec le collier à La Mecque. Cependant, le Prophète lui demanda, en retour, d’envoyer Zaynab [qu’Allah soit satisfait d’elle] à Médine, car, musulmane, elle ne pouvait plus rester mariée avec lui, en vertu d’un verset révélé entre-temps et qui interdisait qu’une musulmane demeure l’épouse d’un mécréant.

Elle reçut une flèche qui la blessa et sous l’effet du choc, avorta

Abou Al-As, en arrivant à La Mecque, respecta cet accord, malgré la peine des deux époux et envoya Zaynab à Médine. Cependant, un incident eu lieu au moment où elle sortait de la ville ; des chefs Quraysh envoyèrent des hommes à sa poursuite. Elle reçut une flèche qui la blessa et la fit tomber du chameau. Elle était enceinte et sous l’effet du choc, avorta. Abou Soufiyan intervint alors et dit : «Nous ne pouvons pas la laisser partir devant tout le monde, en plein jour. Qu’elle revienne et elle pourra ensuite partir secrètement.» Il fut fait ainsi, et elle partit quelques jours plus tard pour Médine. Après un certain nombre d’autres évènements, Abou Al-As liquida ses affaires à La Mecque et vint rejoindre les musulmans à Médine, après avoir, à son tour, embrassé l’Islam. Le couple put alors reprendre la vie commune.
Une année plus tard, en l’an 8 de l’Hégire, Zaynab [qu’Allah soit satisfait d’elle] tomba très malade et mourut, ce qui causa une grande peine à son père et son mari. C’est le Prophète qui la déposa dans sa tombe et on sait qu’il invoqua Allah, lui demandant de lui épargner les tourments de la tombe ; ce qui, nous rapporte-t-on, lui fut accordé. Abou Al-As survécut jusqu’au califat de Oumar. Qu’Allah soit satisfait de Zaynab.
AS SAJIDINE
Par Le Mercredi 22 Juin 2016 à 10:58 | Lu 258 fois



Nouveau commentaire :

RELIGION